Archives de Catégorie: Non classé


« Les yeux voient seulement ce que l’esprit est préparé à comprendre » Henri Bergson

bisou dans le cou


J’ai envie, voire besoin, d’un bisou dans le cou.

Cette douceur érotique et grisante

Instant d’intimité torride et sage à la fois 

Préambule audacieux et expert

Un bisou tout doux dans le cou qui donne envie de morsure …

Voilà 



Accordéon 


Je vais vous raconter ma journée. Il faut que je la raconte à quelqu’un.

Comme je vais raconter en étant méchante, critique, voire cruelle, je me cache sous mon pseudo.

Cette histoire grotesque et ses personnages pathétiques resteront entre nous.

En dehors de ce blog je nierai sous la torture avoir été l’auteur de ce pamphlet.

Donc.

Je connais Georges depuis 17 ans.

Georges est entré un jour dans mon bureau de juriste, après m’avoir bien gonflée avec des histoires de fisc et d’argent douteux, il s’est mis à faire une sorte de malaise – il a appelé ça une transe – puis il m’a expliqué que j’étais une « medium/guérisseuse/voyante » et qu’il voulait m’avoir comme apprentie. Heu non merci Monsieur.

Georges est laid. Objectivement. Gigantesquement gras, il a des seins, presque chauve avec une mèche jaunâtre du côté droit plus longue, rabattue sur le côté gauche, des lunettes si épaisses que ses yeux ont l’air d’être minuscules. Les coins de sa bouche sont pâteux et sales. Au début c’était compliqué d’arriver à me concentrer sur ce qu’il disait, tant son être entier me répugnait. C’est toujours le cas. 

On est plus ou moins devenus amis. Moins quand il se met en tête qu’il est amoureux de moi. 

Georges, introduit dans le monde des magnétiseurs, m’a pas mal expliqué comment tous ces gens là fonctionnent. J’ai vu et entendu des choses intéressantes, ma curiosité a bien été nourrie des diverses rencontres qu’il m’a permis de faire. 

J’ai fini par avoir une certaine affection pour lui, même si je garde mes distances.

Il vient de divorcer et de s’installer dans une de ses maisons. Aujourd’hui c’était la crémaillère. J’ai refusé les cinquante dernières invitations, il a tellement insisté que j’ai cédé. J’ai donc passé la journée chez Georges.

Il faut que je précise un point. Georges a repris une passion de jeunesse depuis un an, il s’est remis à l’accordéon.

Et pour que vous compreniez la hauteur de mon problème, sachez que je HAIS l’accordéon. De tout mon être et de toutes mes oreilles. 

Journée musette et accordéon. Un cauchemar. Go go go, courage ma fille.

Georges m’a appelée tous les jours cette semaine, deux fois par jour. Pour pas que j’annule. Et ce matin il m’a réveillée. Et ensuite il a appelé encore quand j’étais sur la route. 

Je suis arrivée hyper énervée. 

Je ne sais pas chez vous, mais ici c’est la canicule. A 11h du matin il faisait déjà 33 degrés. Je portais une robe d’été légère couleur corail. Deux trois bijoux discrets dorés. Et c’est tout. Quand il fait 33 degrés on s’habille légèrement. Ce n’est pas un appel à la main baladeuse. 

En fait tout le monde m’attendait. C’est à dire les huit autres invités de Georges. J’ai été prise en photo sur le palier. Puis en train de faire connaissance avec tout le monde. Direct je me suis dit que j’étais tombée dans un piège.

J’ai réalisé immédiatement que :

– j’étais la plus jeune, haut la main

– j’étais l’attraction

– tout le monde me connaissait déjà.

J’avais amené une bouteille de rosé haut de gamme. Direct Georges a collé une saloperie de liqueur de mûre dedans. Une hérésie. Je passe les détails quant au menu (paella faite par le boucher d’à côté) et sur la vaisselle en carton lavée trois fois pour pas gaspiller. L’appartement de vieux monsieur crado. Les mouches très collantes. Je louchais sur ma montre en me demandant quand j’allais pouvoir fuir.

Et là j’ai tapé dans l’œil de Bernie l’accordéoniste. Il a passé la journée à essayer de me peloter. 

Et vu qu’il faisait 36 degrés (oui ça a augmenté) Bernie était gluant de sueur et sentait TRÈS fort. Bernie l’accordéoniste m’a même offert son cd de musique d’accordéon. Dédicacé. Et il m’a donné son 06. Et il m’a dit qu’il voulait que je sois sa muse. 

Muse pour accordéoniste …. Et même pas une vodka pour noyer mon désespoir. 

Puis Denise la mamie qui chante dans les maisons de retraites m’a prise sous son aile. Denise c’est un tonneau avec une tête posée dessus. Permanente blonde, maquillage de travelo. Elle tente de chanter comme « Mistinguette » (connais pas). C’est fantastique, elle chante faux et jamais en rythme. L’accordéon et elle vivaient un chant parallèle. Jamais ils ne se sont rencontrés. Et j’ai eu droit à Michele Tor, Jean Manson, et Nana Mouskouri. Je vous avais prévenus c’était monstrueux. 

J’ai longuement cherche une caméra cachée. 

J’ai reconnu la chanson « Etoiles des neiges » et malheur j’ai fredonné. Quelle connerie. J’ai dû chanter après. Je suis restée dans le répertoire de Brassens, seules partitions que je connaissais dans leur cahier. 

Bernie veut absolument que nous fassions un duo sur scène. 

Bernie a été viré de chez sa femme le 28 avril. Il me l’a répété une bonne cinquantaine de fois.(A force je m’en rappelle). Et il ne croit plus en la femme. En attendant il a laissé l’empreinte en sueur de sa main sur ma hanche, je vais être obligée de brûler ma robe. 

Et après Bernie voici que Bernard s’est attaqué à moi. Tout un poème Bernard. 

Bernard 72 ans. Au début m’a appelée « joli coquelicot » puis « Madame ».

Je vais directement le citer. C’est inracontable.

« Moi Madame, j’ai gagné cinq procès dans ma vie. J’ai peur de rien et de personne, j’ai fait baisser les yeux à un juge (tu m’en diras tant). J’ai fait mettre mes frères en tolle.  J’ai mis en faillite un maçon qui a essayé de m’escroquer. J’ai demandé le divorce. Et je vais gagner. Ma femme elle est en faute, elle veut pas remplir le devoir conjugal. C’est un D.E.V.O.I.R la loi le dit ! Elle a pas le droit de dire non. Son cul est à moi. (Délicieux le papy). Elle va se retrouver à la rue, elle aura pas ça (geste de son ongle qui claque sur ses dents) pas ça (encore). Elle m’a obligée à la saillir jusqu’à l’épuisement pour avoir un gosse (il a vraiment dit ça, il l’a même gueulé dix fois) et après plus rien !!!!! C’est une faute contre la loi !  »

A ce moment de l’histoire j’en étais à deux heures et demi d’accordéon. Mauvais en plus. Donc dans un état de nerfs bien avancé. 

Je me suis dit que j’allais me barrer mais qu’avant j’allais me faire Bernard. 

Je lui ai donné un avis très tranché et tranchant sur ce que je pensais de ses propos. Sur le fait que non le cul de sa femme ne lui appartenait pas. Ni le cul de personne. Sur le fait que le devoir conjugal ne constituait en aucun cas une faute en cas de divorce. Et que vu sa gueule et sa connerie ça ne m’étonnait pas que sa femme lui refuse ses faveurs. 

Là Georges est allé calmer Bernard. Ce dernier a eu le temps de me dire qu’il allait changer la loi. La femme doit apaiser le désir du mari. 

Bon comme ils voulaient que je chante j’ai chanté « le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est con, on est con … » 

Bernard est parti très faché.

Bernie s’est collé (comme je disais je vais brûler ma robe).

Et Antoine qui a fait un avc il y a cinq ans a commencé à raconter des histoires drôles. Avec la bouche de travers qui bave. Et quand je dis drôle … Tout est relatif. 

Et toujours pas de vodka.

La femme d’Antoine est venue me coincer dans la salle de bains pour que je lui dise la bonne aventure. 

Georges m’a demandé de couper le gâteau, puis d’aller chercher les flûtes, puis de débarrasser la table. J’ai dit 😡 hahaha non merci. 

Bernie l’a fait. Et il m’a dit que c’était normal d’aider les femmes. (Ha bon, bonniche c’est réservé aux femmes ?)

Denise m’a dit que j’étais une féministe. Ça avait l’air d’être un gros mot. 

Georges a dit que j’étais notaire. Denise et la femme d’Antoine ont donc trouvé normal que je sois féministe. Et oui quand on fait un métier d’homme on n’est plus vraiment une femme. 

« Ha le petit vin blanc … »

Je me suis cassée. Georges a tenté de me rouler une pelle. Bernie m’a collé sa main gluante sur les fesses. 

J’ai rêvé de Kalash.

J’ai balancé ma robe dans le vide ordure, je me suis shampouinée au septivon et j’ai ouvert une bouteille de vodka. 

Il y a plusieurs humanités qui ne devraient jamais se rencontrer. 


Faites tomber les murs …


Été – Solstice – pleine lune – magie 


L’été arrive


image

image

Évolution