Archives d’Auteur: angelenemus

Histoire de plus-value 


C’était une étrange conversation.

Les deux femmes parlaient fort.

La plus âgée exprimait son désarroi.

« Je suis seule depuis 12 ans. J’ai élevé mon gamin seule. Le père s’est barré avec une autre. Plus jolie que moi. Pas de pension alimentaire, pas de visite. Tous les hommes que j’ai laissé entrer dans ma vie n’ont servi à rien. Il a fallu les gérer. Les entretenir. Supporter leur sexualité. Aucun homme ne m’a fait de bien. Jamais. Ne m’a protégée ou choyée. Alors j’ai laissé tomber. L’amour c’est des conneries pour asservir les femmes. 

Je ne reprendrai un homme que s’il m’apporte une réelle plus-value ».

La plus jeune était cynique et amère.

« Maintenant les mecs te suspectent systématiquement d’en vouloir à leur fric. Alors ils se tiennent loin. Sauf quand ils ont envie de baiser. Alors là c’est tapis rouge. C’est le syndrome couilles vides-couilles pleines. J’aime plus le sexe. J’en ai marre des tordus et des pervers qui te connaissent pas et te demandent des trucs super dégueux. Même pas de câlin. C’est devenu tellement laid que je tente même plus l’expérience. »

Et moi j’étais à côté. Un peu abasourdie. L’homme et la femme peuvent-ils encore de retrouver ? Pourquoi cette attente de plus-value …

Et je me disais que je veux que l’amour existe. Parce que sinon c’est trop triste. 

Publicités

On ne sait pas pourquoi les choses arrivent 


Paisiblement, on dirait que les choses s’arrangent. 

Mes patrons m’ont embauché une secrétaire. Enfin. Ça veut dire qu’au lieu de bosser 10h par jour je commence à reduire. Et c’est juste salvateur. Tant j’étais épuisée. J’ai choisi ladite secrétaire. C’est une très bonne amie qui elle-même arrivait en fin de droits. Elle prend soin de moi. Ça change tout. 

La stagiaire a modifié son comportement. Elle bosse. 

On ne sera jamais copines, je pense toujours qu’elle est cinglée. Mais elle commence à sortir des dossiers. 

Ma chère amie qui vit chez moi depuis plus d’un an a trouvé un « chez elle ». Elle est en cours d’emménagement. 

La rentrée lycée s’est super bien passée.

Deux personnes qui me devaient de l’argent m’ont remboursée. 

Je n’ai pas le sida. (Private Joke).

J’ai perdu 5kilos depuis le 1er août.

J’ai remonté mon découvert.

J’ai remonté mon énergie.

Je vais vraiment bien.

Franchement ça valait le coup de le dire. 

Bises.

Histoire du fantôme de l’amour


Je suis hantée par mes amours défuntes.

La chanson dit «quand j’aime une fois, j’aime pour toujours.»
C’est pile poil mon cas.
Je n’ai pas de bouton « on-off ».

Quand j’aime c’est définitif. Y compris quand je quitte. Je continue d’aimer. Loin. Sans contact. Purement. Comme une flamme éternelle.
je n’ai jamais regretté d’avoir quitté un homme. Jamais.

Cependant, à chaque fois ça m’a brisé le coeur.

Et c’est une douleur qui ne peut s’exprimer. C’est moi qui pars.

Je suis le monstre qui mets fin à l’histoire. Alors je suis le bourreau. En aucun cas la victime.

Et pourtant ça me dévaste. Car je ne peux que constater que j’ai encore échoué dans ma quête.

Ça veut dire que l’amour me fuit.

J’entends « le grand amour ».

Car fondamentalement j’ai des sentiments profonds pour eux.

Mais c’est largement en deçà de mon potentiel.

Alors je pense à ceux que j’ai aimé.

En boucle.

Et un prénom, deux prénoms … me hantent. Encore et encore. Comme un toc mental envahissant.

Est-ce que je souffre d’une maladie mentale ? D’une incapacité à aimer ? D’une peur panique et inconsciente de l’amour ? C’est quoi qui cloche chez moi ?

Ça me colle des bouffées de tristesse.

Et puis, je me dis que je veux plus.

Quitte à ne jamais plus aimer et être aimée.

Je ne suis pas femme de demi mesure.

Je ne suis pas une femme qui baisse les bras.

Je ne suis pas femme qui accepte le médiocre.

Je suis …

Je ne sais pas quoi.

Alors oui, ils me hantent.

Parce que je les aime toujours et que parfois je doute.

Mais je suis mon intuition profonde.

Celle qui me dit qu' »il » existe.

Et que je vais la vivre mon histoire magique.

Lettre pour lui.


Bonjour.

Je t’écris quelques mots alors que tu n’es pas encore entré dans ma vie. 

Je te demande pardon par avance du mal que tu vas avoir à ouvrir mon coeur. 

Il te faudra être patient. Car ça prendra du temps. Je te mettrai à l’épreuve. Je ne croirai pas tes mots. Je regarderai tes actes. On m’a beaucoup menti, trahie, déçue, apeurée. Faire confiance ne fait plus partie de mon potentiel.

Il te faudra être doux. Très doux. Alors que je ne le serai pas. J’ai été tellement maltraitée que toute ma douceur est enfouie loin en moi. Je suis un animal sauvage à apprivoiser.

Il te faudra être bienveillant et me prendre telle quelle. Tout le monde essaie de me changer. Tout le temps. Avec rudesse parfois. Tout le monde veut me faire entrer dans un moule qui ne me convient pas. Je veux être aimée inconditionnellement. 

Il faudra avoir foi en moi. M’aimer libre. Ne jamais tenter de m’enfermer, dans aucune cage. Je me suis brisée à me libérer de mes autres chaînes. 

Il faudra me laisser rêver. Et ne pas savoir à quoi je rêve. Ne pas me demander à quoi je rêve. 

Il ne faudra jamais m’imposer quoique ce soit, tenter de m’asservir, tenter de me faire taire, m’obliger à faire ce que je ne veux pas, ce qui est contraire à mon éthique. Il ne faudra jamais me crier dessus. Me faire mal physiquement, jamais. 

Il faudra lutter pour que je m’ouvre. 

Mais crois moi, tout ça en vaudra la peine. Je serai ta femme, ta Déesse, ton amie, ton soutien, ton amour. 

Pour toujours et un jour. 

Pardon par avance. 

Le chemin des délices va être dur. 

Je te souhaite force et courage. Mais bien sûr tu en as … C’est toi.

Mur de la trouille 


Je ne sais pas trop ce qui m’arrive.

Je deviens de plus en plus trouillarde.

Les gens que je rencontre me semblent de plus en plus cinglés ou monstrueux et je fuis la compagnie du genre humain.

J’ai grandement besoin de beau, de bon, de juste.

D’une grande dose d’espoir et de juste retour.

Qu’on me dise que ce n’est pas grave et que ça va aller.

Choix 


Heureusement, Certains Sont nés

Avec un Système Immunitaire Spirituel

qui, tôt ou Tard, Rejettent la Vision

Illusoire de ce Monde qui Leur a été

Greffé Depuis la Naissance Jusqu’au

Conditionnement Social. Ils Commencent

à Sentir que Quelque Chose est mal et

Apparaît Alors la Recherche de Réponses.

La Connaissance Intérieure et les

Expériences Extérieures Anormales

Leurs Montrent un Côté de la Réalité

que les Autres Ignorent et Commence

Ainsi Leur Voyage Vers l’Éveil. Chaque

Étape du Voyage est Faite en Suivant

le Coeur au Lieu de Suivre la Foule

et en Choisissant la Connaissance

et non pas les Voiles de l’Ignorance.

✨((Henry Bergson))✨

Histoire de grimace.


Et bien.

Je suis à mon boulot depuis plus d’un an. 

Je connais les dates d’anniversaire de tous les gens avec qui je bosse.

Je suis celle qui organise un petit goûter à chaque fois qu’il y a un anniversaire. Voire un restaurant. Et même une cagnotte cadeau pour les dizaines. 

Et force est de constater que la réciproque fait défaut. Personne n’a pensé à moi aujourd’hui. Merde.

C’est chiant à force d’être toujours celle qui pense aux autres. 

Y’a trois anniversaires en septembre. Ce sera sans moi. Re-merde. 

C’est pas facile ce genre de date quand tu es célibataire depuis des lustres. Ça veut dire que personne ne te fait de cadeau et qu’il ne te reste que ta mère et Yves Rocher pour ne pas oublier (encore que ma mère a oublié l’an dernier, on va voir ce soir …). 

Bref je tire la gueule. 

Histoire de calissons 


Une cliente, que j’appellerai au hasard Madame Morue pour préserver son anonymat, m’a offert ce jour, une petite boîte de calissons.

Une boîte mignonne contenant huit calissons dodus. 

Madame Morue est héritière dans un dossier dont je m’occupe. 

C’est la créature la plus immonde qu’il m’ait été donné de croiser. Une harpie sauvage et insupportable. 

Elle m’a pourri la vie pendant quatre mois. M’inondant de dizaines de mails chaque jour. Me harcelant sur ma ligne directe téléphonique, et venant sans rendez-vous quasiment tous les jours pour me gueuler dessus. 

À ce niveau, ça justifierait une injonction pénale tellement elle m’a fait violence. 

Donc le dossier est fini. J’ai super bien bossé. Rapide et efficace. Pas un seul grain de sable, pas une fausse note. Madame Morue a reçu son hoirie de plus d’un million d’euro en un temps record. Malgré elle-même. 

Elle m’a offert huit calissons. 

Vous savez quoi ? Je les lui ai rendus.

J’ai dit « non-merci Madame Morue, vous avez été une telle connasse que grâce à vous j’ai décidé de changer de job. Parce que cotoyer des gens comme vous c’est une atteinte à mon être profond. Ça me suffit comme cadeau. » (Oui j’ai dit connasse). 

Elle est repartie avec ses calissons en m’insultant une dernière fois … Et a exigé de mon patron qu’il me vire sur le champ. Car bien sûr n’ayant jamais eu à travailler elle a le mépris de ceux qui n’ont pas le choix.

Mon patron a dit qu’il n’avait pas entendu d’insultes et que donc il ne voyait pas pourquoi il me virerait. 

Il s’est fait insulter aussi. Là il a dit qu’il avait entendu. 

Haaaaaaaa le service rendu au public !!! J’ai perdu la foi. Nettement.

Mantra 


Rien n’est grave

Rien n’est grave

Rien n’est grave