Archives d’Auteur: angelenemus


« la plus grande leçon de l’histoire, c’est qu’on ne retient pas de leçon de l’histoire.»

Publicités

En haut de la grande montagne


Me voici, fille du sud, méditerranéenne, en terre inconnue : en Haute Savoie.

Je suis arrivée là comme une pauvre touriste égarée, tongues et petite robe.

La montagne m’a mise au pli.

14 degrés et pluie.

Bien sur, rien dans la valise digne de ce nom pour faire face.

Les vacances pour l’instant se passent donc dans l’aire moite, chaude et chlorée du centre aquatique.

De mon transat sous bulle je vois la neige.

Demain, quand les boutiques seront ouvertes j’irai acheter une doudoune, un pull ou deux, chaussettes et des chaussures de marche. Pour monter à 3000.

J’imagine à quel point j’ai l’air inconséquente. Et sans doute le suis-je.

Tant pis.

Je ne serai jamais savoyarde.

En attendant je barbote dans une eau à 32. Ça c’est mon truc.


J’ai vécu des minutes telles que tout le bonheur humain y était contenu; et qu’à elles seules, elles auraient suffi à justifier toute ma vie. Et je sais que j’en connaîtrai d’autres encore.

– Simone de Beauvoir, Cahiers de jeunesse



Mais vous n’aurez pas

Ma liberté de penser.

Murs


Encore les murs de mon père.

C’est son unique activité.

Il fait des murs.

Obsession monomaniaque.

Il a gagné sur la montagne… Pour l’instant.

Il ne verra pas quand la montagne regagnera. Elle a bien plus de temps que lui.

Du haut de ses 80 ans, à empiler les cailloux sans jamais s’en lasser.

Il m’a dit qu’il ne pouvait pas mourir car il n’avait pas fini ses murs.

Et bien sûr il n’aura jamais fini.

Est-il immortel ?

Mon papa.

Elle et lui



Elle réclamait de chaque journée qu’elle lui prodigue une minute irradiante, une heure miraculeuse, une enclave d’émerveillement, un grand soupir extatique oublieux des tristesses de l’existence. ~

Eric Reinhardt
– L’amour et les forêts

Mort et amor


Thanatos et Éros se disputent mon énergie.

Je suis celle qui console ces derniers jours, mes amis et amours sont en deuil et ont besoin de moi.

Histoire d’alcoolisme


Je savais que cet homme était alcoolique.

Il est mort cette nuit aux urgences. Il n’est pas revenu de son trip à 5 grammes.

Je ne le connaissais que très peu.

Ça a pourtant un impact sur moi. Une sorte d’effet secondaire.

Il avait mon âge, et c’était le papa de la petite Chloée.

Chloée est la « bestA » de ma fille depuis la maternelle.

C’est Chloée qui a trouvé son père inconscient cette nuit, c’est elle qui, à 16 ans, connaît par coeur le numéro des secours, qui sait quoi faire quand elle le trouve comateux baignant dans son vomi.

Cette nuit il est mort.

Ma fille a balancé mes deux canettes de bière et une bouteille de rouge stockée par là.

Ce n’est pas grave.

J’avais remarqué qu’il buvait, et que Chloée avait une petite mine triste. Je n’aurais jamais imaginé qu’il était à ce point attaqué par sa maladie.

Je me sens mal. Ma gosse va mal en pensant à sa meilleure amie. C’est un jour étrange.