Archives d’Auteur: angelenemus

Juste une mise au point


Ce matin, dimanche donc, j'ai été réveillée à 8h37 par un individu qui a eu mon numéro par une amie commune, et exigeait sur le champ une consultation juridique à propos du divorce (le sien à venir en l'occurrence).
Cet événement hautement barbare m'a mise en abîme une fois encore sur ce qu'est ma vie.
Actuellement une suite de dossiers qui s'empilent dans mon mental, ne laissant place à rien d'autre et certainement pas à de la détente.
Comme si ma mission sur terre n'était que de travailler.
Travailler gratuitement qui plus est.
Alors voilà.
J'ai décidé ce matin que ça suffisait.
Après tout il n'est jamais trop tard pour changer de vie.

J'ai pris un papier, un crayon.
Je me suis dit "qu'est-ce que je veux vraiment".
Et j'ai attendu.
Et rien n'est venu.
Voilà le premier problème.
J'ai cessé depuis très longtemps de désirer quoi que ce soit pour moi. Comme si c'était un tabou.

J'ai changé de question "qu'est-que j'aime faire ?"
Là j'ai eu quelques réponses. Fragiles et timides.
Des réponses qui n'osent se dire pour ne pas déranger …

Idem pour la question : "avec qui je suis bien ?"
Là ça va très vite : en ce moment personne.
100% de mon entourage m'a demandé plus que ce que je n'étais apte à donner ces six derniers mois.
On m'appelle essentiellement pour me demander des services. Souvent. Beaucoup. Je n'ai plus envie de répondre au téléphone.
Par contre les week-ends à Londres, les gîtes entre copains, les repas improvisés … là mon téléphone ne sonne pas.
Avant c'était moi qui étais l'hôtesse. Ma maison était toujours pleine de monde.
Personne n'a pris la suite.

On ne fait pas table rase de 48 ans de relations d'amitié, de sorrorité, de copinage. Je ne vais pas virer tout le monde. Mais prendre du recul.
Dire NON. Dire MERDE.
Dire que je souffre parfois et que j'ai besoin d'attention moi aussi.

Je vais réclamer. Je vais faire comme ces bébés oiseaux qui piaillent pour recevoir à manger. Les silencieux crèvent.

Alors changement.
Ceux qui me doivent de l'argent vont se débrouiller pour me le rendre. Moi aussi je tire la langue et moi aussi j'ai le droit de partir en vacances.
Je ne fais plus de cadeaux à ceux qui ne m'en font pas.
Je vais m'habituer à aller au cinéma toute seule
Je vais apprendre à voyager seule aussi. Donc prendre le temps de mettre mes papiers et passeport à jour.
Cette semaine je vais passer un appel téléphonique à tous mes amis. Et je vais essayer de démarrer une nouvelle histoire qui soit équilibrée.
Je vais me respecter et me faire respecter.
Je vais œuvrer pour ma joie.
MA joie.

Voilà ce que je veux vraiment. De la joie.

Au-delà


Artiste: Morcheeba
Chanson: Au-Dela

(feat. Manda)
Je vis, je meurs
Je vis, je pleure
Je vis de la mer
Je vis de la terre
Je le dis aux fleurs
Au lac de vapeur
Au ciel de toutes les couleurs
Ton soleil réchauffe mon coeur
Au ciel de toutes les couleurs
Ton soleil réchauffe mon cœur
Je vis, j’ai peur
Je crie de douleurs
En secret je m’enterre
Je cherche la chaleur
Je m’enfuis dans les airs
Au delà de la terre
Au ciel de toutes les couleurs
Ton soleil réchauffe mon coeur
Au ciel de toutes les couleurs
Ton soleil réchauffe mon cœur
Au ciel de toutes les couleurs
Ton soleil réchauffe mon coeur
Ton soleil réchauffe mon coeur
 
(31 mars 2008)

Être ou ne pas être.


C'est curieux cette vie qui tourne en rond.
Rien ne change et rien n'est neuf.
Les échecs se ressemblent.
Ce qui change c'est le temps qui passe, ce sont les cheveux blancs et les rides. Les petites ou grosses maladies.
Sans doute aussi la sensation d'être passée à côté du bon chemin.
Les expériences laissent des traces qui font de moins en moins mal.
Est-il sage d'accepter un destin médiocre ? A-t'on le choix en réalité ?
Laisser tomber la course à l'amour, au bonheur, à la grandeur.
Juste être. C'est déjà ça.
Rester en vie.
Essayer de ne pas couler. Ne plus se plaindre.
Se laisser aller à la contemplation.
Chercher le beau.
Se taire.
Oui, surtout se taire.

Alive


Je suis toujours en vie.
Pas en bonne forme, mais en vie.
Baisers.


Nous sommes tous responsables des interactions que nous créons les uns avec les autres.

Rien n’est neutre.

Ça existe, ça a une consistance.

Pardon pour les émotions négatives que j’ai générées, rappelez vous du bon, de l’agréable.

Je pars et je vous aime.

Allongée sous le cerisier


Vacances cévenoles ?


https://www.leboncoin.fr/locations_gites/1122240141.htm


En vérité, le poète, le vrai poète, possède l’art du funambule. Ecrire, c’est avancer mot à mot sur un fil de beauté, le fil d’un poème, d’une oeuvre, d’une histoire couchée sur un papier de soie. Ecrire, c’est avancer pas à pas, page après page, sur le chemin du livre. 
Maxence Fermine


« Si tu aimes écrire … et seuls les saints savent pourquoi, il te faut absolument maîtriser :

Connaissance, Art et Magie

– La Connaissance de la mélodie des mots,

– L’ Art d’être sans artifice 

– Et La Magie d’aimer ceux qui te liront.

K. Gibran « 

Le temps des révélations 


Faire un After work pour l’anniversaire d’une collègue.

Voir la soirée partir en cacahuète.

Être la seule sobre (je conduis).

Devoir éponger les larmes de son patron complètement bourré qui fait des déclarations d’amour.

Devoir aider son assistante à aller faire pipi car elle n’y arrive pas seule.

Se faire galocher par la standardiste.

Danser avec un ambassadeur de deux mètres d’un pays africain ramené par ladite standardiste qui parle à tout le monde. Et une libanaise lesbienne. Invités surprises qui croient qu’ils vont être conviés à une partouze.

Dire la bonne aventure à la stagiaire, surveiller la stagiaire, empêcher qu’elle disparaisse, et la ramener chez elle saine et sauve.

Ramener le patron qui manifestement m’aime (litanie « je t’aime, je t’aime, je t’aime ») en l’empêchant de me peloter, réaliser que c’est juste un gosse timide et stupide.

Et là … 7h40. Partir au boulot. Et se demander comment ça va se passer.