Cohabitation

J’ai accueilli ma meilleure amie chez moi, pendant 14 mois. Ma blonde.

Elle était en galère et ça me paraissait normal de faire ça pour elle. 

Elle est partie le mois dernier, dans une maison à elle. Et je suis heureuse qu’elle ait réussi à s’en sortir.

J’étais heureuse aussi de retrouver mon intimité, même si ma blonde était facile à vivre et non pesante.

Voila. Depuis trois jours j’ai une nouvelle « co-locataire ». Ma chambre d’amie n’a pas eu le temps de reprendre sa fonction de dressing.

Ma copine My et sa fille de 2 ans sont arrivées, pour une dizaine de jours entre deux déménagements. Je n’ai pas pu dire non. My, 51 ans, fraîchement séparée, enceinte. Dépressive et capricieuse.

C’est compliqué. La mère et la fille sont mal éduquées. Bordéliques, voire sales … Elles ont débarqué avec des dizaines de sacs pleins, qui trainent partout dans la maison. N’importe où l’on pose son regard, il y a des sacs pleins de trucs. Et mon garage est devenu garde meuble.

Ça fait trois jours que je passe derrière elles pour nettoyer … Et ça me fait monter la moutarde. Rentrer du boulot à 20 h et devoir ranger, laver et faire à manger … 

Les couches sales qui trainent, les restes de nourriture, les légumes pourris ramenés pendant le déménagement et qui ont englué mon frigo. La gosse qui mange sur le canapé blanc, qui sort tout des placards, qui casse, qui hurle quand on dit « non ». Qui n’écoute rien. (Les limites de l’éducation exclusivement bienveillante). 

My se fout de moi. Me disant que je suis trop stressée de la vie. (J’ai gueulé après avoir marché pieds nus sur des épluchures de … Tomates ?). Elle m’a affirmé que j’étais incapable de vivre avec un mec ou en communauté. Que j’étais psychorigide.

En trois jours elle a réussi à me mettre à cran. 

Et là elle vient de faire une fausse couche. Elle est partie à l’hôpital. Le papa est venu chercher la petite. Je suis abasourdie et culpabilisante. 

J’estime que les gens mènent la vie qu’ils veulent. Dans la limite de l’emmerdement des autres. My a fait le choix de la maternité tardive. Je n’ai rien à dire sur son choix. 

Ce qui me dérange c’est qu’elle compte sur les autres pour l’aider car ses choix ne sont pas viables. Elle a choisi d’être enceinte à 51 ans (insémination artificielle à l’étranger). Son mec est parti car il n’accepte pas ce choix sans son accord (65 ans). Donc elle est seule.

My n’a pas d’argent. Là elle ne peut pas travailler pendant plusieurs semaines (profession libérale). Les parents de My sont des octogénaires. Elle a un frère handicapé. 

Elle compte sur les copines.

Moi.

J’allais la prendre entre quatre yeux. Mais voilà, elle est à l’hôpital. Et je ne sais pas si elle va pouvoir déménager.

Je me sens piégée. Je me sens méchante. Je me sens déprimée. 

Pourquoi mes bonnes actions se transforment en catastrophe pour moi.

Publicités

À propos de angelenemus

Artisan du MERVEILLEUR (à la recherche du MERVEILLEUX, en qualité de VEILLEUR, pour vivre le MEILLEUR)

Publié le 21 octobre 2017, dans La vie passionnante d'Angel. Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Avant j’avais un mari qui était un connard. C’était une sorte de protection contre mon bon coeur. Personne n’abusait de moi.

    • Et voilà.
      J’en ai marre d’avoir toujours raison.
      Le déménagement ne sera faisable qu’après de lourds travaux d’isolation sur le nouvel appartement.
      De dix jours prévus au départ, me voici squattée pour une durée indéterminée.

  2. Lorsque j’ai lu « enceinte à 51 ans » j’ai pensé : un miracle ?…

    Sinon petit extrait du livre « Le secret de l’Aigle » d’Henri Gougaud (qui me poursuit en ce moment avec aussi « Les sept plumes de l’Aigle » 🙂 !)
    Paroles de chaman : « Ce Feu sacré nous informe que, dans l’univers où nous vivons, tout se traduit par une lutte impitoyable des énergies autour de l’attention humaine. Ces énergies sont tantôt positives, tantôt négatives et quelquefois neutralisantes, suivant les circonstances et selon les situations que nous avons à gérer dans la vie de chaque jour. Ce Feu conseille à l’être humain de rester attentif à la sensation de son corps physique afin de ne pas se laisser dévorer par autrui et d’apprendre à se nourrir de sa propre énergie vitale sans avoir besoin de voler celles des autres. Le moyen technique que nous, chamans avons découvert à cet effet est le sentir volontaire du corps physique. »

    Bon, voilà ! 🙂
    C’est tout !

  3. Heu o.O !!!

    Avec beaucoup de retard, courage o.O

    Miss G

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :