Archives Mensuelles: avril 2017

Allongée sous le cerisier


Vacances cévenoles ?


https://www.leboncoin.fr/locations_gites/1122240141.htm


En vérité, le poète, le vrai poète, possède l’art du funambule. Ecrire, c’est avancer mot à mot sur un fil de beauté, le fil d’un poème, d’une oeuvre, d’une histoire couchée sur un papier de soie. Ecrire, c’est avancer pas à pas, page après page, sur le chemin du livre. 
Maxence Fermine


« Si tu aimes écrire … et seuls les saints savent pourquoi, il te faut absolument maîtriser :

Connaissance, Art et Magie

– La Connaissance de la mélodie des mots,

– L’ Art d’être sans artifice 

– Et La Magie d’aimer ceux qui te liront.

K. Gibran « 

Le temps des révélations 


Faire un After work pour l’anniversaire d’une collègue.

Voir la soirée partir en cacahuète.

Être la seule sobre (je conduis).

Devoir éponger les larmes de son patron complètement bourré qui fait des déclarations d’amour.

Devoir aider son assistante à aller faire pipi car elle n’y arrive pas seule.

Se faire galocher par la standardiste.

Danser avec un ambassadeur de deux mètres d’un pays africain ramené par ladite standardiste qui parle à tout le monde. Et une libanaise lesbienne. Invités surprises qui croient qu’ils vont être conviés à une partouze.

Dire la bonne aventure à la stagiaire, surveiller la stagiaire, empêcher qu’elle disparaisse, et la ramener chez elle saine et sauve.

Ramener le patron qui manifestement m’aime (litanie « je t’aime, je t’aime, je t’aime ») en l’empêchant de me peloter, réaliser que c’est juste un gosse timide et stupide.

Et là … 7h40. Partir au boulot. Et se demander comment ça va se passer.

Ça n’est rien …


J’avais sûrement raison. 

Nous deux c’était que dans ma tête. 

J’ai inventé nos promesses, j’ai rêvé nos souvenirs, c’était juste pas réel. 

Un miracle n’aurait jamais pu se produire alors t’as eu raison de partir, de fuir tout ça parce que “tout ça” c’était rien et que “rien” ça en vaudra jamais la peine. 

Alors quel intérêt de dire au revoir à quelqu’un qui l’a déjà fait y’a des années ? 


On les appelle “charnelles » ces personnes qui donnent tout émotionnellement, âme, cœur, corps et esprit. Celles qui, une fois entrées dans ta vie te changent entièrement, celles qu’on écoute au-delà de la peau, jusqu’à l’intérieur de l’os, celles qui de la passion en font une raison, celles dont si tu tombais amoureux, eh bien, il faut d’abord en trouver ! Seulement après cela, tu me comprendras.

Fernando Pessoa

Le retour de Demeter


Que reste-t’il de sa vie ?

Après l’engourdissement et le déni, la colère, le blâme de soi, la négociation,

L’acceptation et la volonté d’avancer se sont présentées.

La page vierge la terrorise. Elle n’a jamais supporté le vide. Mais elle avance, la tête haute.

Elle a perdu la plupart de ses repères. Mais elle est debout.

Elle se dit que l’expérience était violente et se demande s’il n’y avait pas une autre solution pour qu’elle arrive à cet échelon là, que la douleur et le chagrin.

Le chaos l’a obligée à abandonner un état de spiritualité rempli de romantisme et à plonger profondément dans le chaudron de la transformation. Elle a exploré l’enfer de son psyché personnel.

Elle a pris pleinement conscience de son appartenance au TOUT mais aussi de ses propres singularités.

En dépit de toute cette souffrance engendrée par l’abandon derrière elle de ce qui était confortable et familier, elle est descendue afin de rencontrer sa soeur sombre et a été transformée par sa présence.

Maintenant elle se sait détentrice du don de renaissance. Le courant de la vie est reparti.

Elle regarde les grenades dans son jardin et décide qu’il est temps pour elle de les ramasser. Elle va en manger une tout à l’heure, et elle sait quelles en seront les conséquences.