Archives Mensuelles: décembre 2016


Et merde.

Rattrapée par le blues.

Vieux compagnon honni.

Lui et sa langueur qui collent à mon mental en un goudron annihilant.

En train de me demander, encore une fois, pourquoi je suis incapable d’être l’artisan de mon propre bonheur.

Eux. Lui. Ils ne m’aiment pas. Ils ne m’ont jamais aimée. Je ne suis pas aimable. J’en viens à douter d’avoir jamais été …

La douleur que je croyais éteinte a brulé mes émotions qui ne s’y attendaient pas.

Répudiée d’un texto, ou dédaignée poliment. Invisible. Flottante.

Trop ceci-cela.

Pas assez ceci-cela.

Pas le droit d’être moi.

J’en perds le souffle et l’envie.

Je suis au ralenti.

J’ai froid.

Juste m’allonger sous l’arbre et dormir pour ne plus penser, ne plus rien sentir.

Me fondre dans son être végétal paisible. Être végétale. Ne plus être cette conscience qui fait mal.

Abandon légèreté.

Ne plus être

Publicités

Que le monde soit meilleur … 


Déjà si tout le monde usait de l’énergie de la loi de l’attraction … 

Connasse de féministe.


Hier on m’a traitée de « connasse de féministe ». 

Parce que je me suis insurgée contre une injustice ignoble liée au fait d’être une femme.

Oh ce n’était pas contre moi.

Et j’ai encore une fois mesuré le gouffre de la haine que certains hommes portent aux femmes. 

Après il m’a dit que j’étais un thon.

Voilà à quoi je fus réduite.

Un thon féministe.

Mon indocilité d’humain de sexe féminin fait parfois de moi une cible. Tant pis, je continue. Je ne suis pas inférieure à un humain de sexe masculin. 

Même si je suis moche.

 Je ne fais pas exprès d’être moche. Si toutefois je le suis.

Que le Dieu patriarcal me pardonne …

Les piqures saines