Archives Mensuelles: mai 2016

Sapio – sapio pas


Vivre, aimer, rire.


Un de mes amis est mort. Attendez avant de me présenter des condoléances.

C’était brutal et inattendu. Enfin si, on s’y attendait, il avait un cancer très avancé. Foie-estomac-poumons. Mais on pensait qu’il aurait quelques mois de plus. Il n’avait que 64 ans et était quelqu’un de très actif. 

Un mardi il est rentré à l’hôpital pour commencer un nouveau protocole expérimental. Et le jeudi c’était fini. 

C’était mon ami politiquement incorrect. Grande gueule ayant des opinions politiques, sociétales ou générales extrêmement subversives. Personne ne l’aimait en fait. Il était riche, arrogant et vulgaire. Mais aussi généreux, intelligent et courageux. Je ne l’ai jamais vu reculer devant un obstacle.

Il me respectait plus qu’aucune femme, estimant que mon intelligence me plaçait dans des sphères au dessus. (Je cite). Il m’appelait tout le temps pour me demander conseil alors que je n’exercais plus. Je sortais souvent avec sa femme et lui. Grands Resto, champagne à gogo, boîtes de nuit en carré VIP. On s’entendait bien en fait. Pourtant on n’avait aucun point commun. 

Le problème quand tu ne réalises pas que tu vas mourir c’est que tu ne fais pas « le ménage » dans tes effets personnels.

Sa femme complètement larguée m’a suppliée de l’assister pour trier, ranger, jeter, écrire, … Oui mon ancien métier de notaire aux successions. 

Je me suis plongée dans les boîtes, les coffres, les tas de papiers.

Et je suis entrée en enfer.

On ne connaît jamais totalement les gens. Leur côté sombre, leurs vilains secrets.

J’ai hélas découvert sa double vie, sa triple vie même. Et sa femme en même temps que moi. J’ai vécu des moments infâmes.

J’en ai pourtant vu dans ma vie. 25 ans à traiter des dossiers familiaux de successions ou de divorces … Je ne suis toujours pas blindée. Ou alors c’est parce que c’était un proche.

Après un bon bain couplé d’un gommage au sel et au miel (envie de me nettoyer à fond) j’ai fait le tour de mes propres placards et papiers. Je suis tellement sage que ma fille va me trouver super chiante. 

Je me suis dit qu’il était temps à nouveau de me fabriquer des bons souvenirs. 

Vivre plus fort, aimer à nouveau, et rire du fond du coeur.

Et rester honnête, droite dans mes chaussures, ne rien faire qui ne puisse paraître au grand jour, être moi dans la lumière. 

Bonjour, je reviens. Êtes vous là ?


J’ai muté.

M’aimerez-vous encore ?

J’ai envie de sourire maintenant.