Chroniques de l’ordinaire – Denise F.

Denise est décédée la semaine dernière.
91 ans.
Elle a survécu à deux maris, un fils diabétique, un frère célibataire, deux sœurs.
La première fois qu’elle est venue j’ai failli vomir à cause de son odeur.
Ammoniaque.
Violent.
L’odeur de l’urine poussée à l’extrême.
De la crasse totale.
L’odeur de la clocharde qui pue.
Quand elle venait dans mon bureau, (pour me confier la succession de sa sœur) outre que j’ouvrais la fenêtre en grand, je bâchais mes sièges.
Une fois alors qu’elle remuait des bras, emportée par ses nerfs, des insectes se sont échappés de son gilet.
C’était un monument.
En fait, j’ai failli vomir plusieurs fois en sa présence. L’odeur.
J’ai l’odorat surdéveloppé.
Elle avait un caddie (carriole de mémée) et une canne.
La canne pour fouiller les poubelles. Le caddie pour emporter ses trouvailles.
Mamie poubelle.
En fait elle était millionnaire en euros.
Et sa maison doit être remplie d’immondices. Je ne veux même pas voir ça.
Elle m’avait sorti un faux testament pour hériter de sa sœur. Je m’étais fâchée tellement c’était visible.
Elle avait volé des trucs dans mon bureau. Trombones, stylo et scotch.
Elle était une abomination.
Kleptomane, menteuse, voleuse, puante et mauvaise. Elle criait en espérant que ma peur ferait balancer le dossier dans son giron. Absurde.

Mais j’ai tenu bon.
Parce que j’ai vu sa photo quand elle avait 20 ans.
Tellement belle. Tellement belle.
Toute blonde, dorée de soleil, en train de rire sur une balançoire. Quelque part en Algérie. L’Algérie des années 30. Riche, douce, dorée.
Parce qu’à 20 ans elle faisait des études de littératures. J’ai lu ses textes.
Et qu’à 20 ans elle était pleine de joie, pleine de projets, de rêves, de poésie et de mots .
Qu’elle vivait dans une société étriquée qui l’empêchait d’être libre.
Qu’elle a changé pour s’adapter.
Qu’elle s’est éteinte.
Qu’elle a aimé des hommes qui ne l’ont pas aimée. Qu’elle a dû épouser.
Qu’elle était prisonnière de leurs revenus. De leur patrimoine. De leur loi.
Qu’elle devait mendier auprès de ses maris. Pour une robe, pour un livre. Pour faire les courses.
Qu’elle est devenue âpre. Esclave de l’argent. Frustrée.
Qu’elle est devenue veuve. Une fois. Puis deux.
Avec son fils unique malade qui la détestait. Diabète extrême. Avec les membres qui pourrissent un par un.
Qui est mort, seul en la détestant.
Qu’elle s’est mise à faire des poubelles alors qu’elle était millionnaire.
Mais que s’est-il passé ?
Je ne sais pas.
Elle a traversé beaucoup trop d’épreuves.
Elle aurait dû être une délicieuse vieille dame, coquette, avec des petits enfants.
Elle leur aurait lu de la poésie assise dans un fauteuil douillet.

Je n’avais pas d’affection pour Denise. Elle me répugnait.
Mais sa mort m’a fait songer à toute cette énergie de vie perdue. Toute cette joie et cet amour brisés à la source pour de mauvaises raisons.
Combien de vies gâchées qui permettraient à l’humanité de s’élever pour de bon ?
C’est triste.
La mort de Denise est triste.

Publicités

À propos de angelenemus

Artisan du MERVEILLEUR (à la recherche du MERVEILLEUX, en qualité de VEILLEUR, pour vivre le MEILLEUR)

Publié le 8 juillet 2014, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Tu témoignes, Angel, et tu as raison. Oui, le monde est âpre, cruel, absurde et plein de poésie…Un très beau texte, d’une vérité imparable, merci.

  2. Bel hommage à cette vieille dame… Quand les duretés de la vie ensevelissent la beauté, la clarté sous les immondices… Dis, crois-tu que Denise vieille et puante se souvenait de Denise jeune et souriante ? Pensée pour elle.

  3. merci pour ta clairvoyance et ce témoignage, tu es lucide et sensible, tu sais résister malgré la dureté de la vie.
    J’ai l’impression que la suite ne va pas être triste!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :