Histoires de mes hommes

Je ne sais pas rompre.

Quand j’aime un homme c’est pour toujours, l’idée de ne plus entendre parler de lui m’est insupportable.
Même si je suis amoureuse d’un autre.

Je me traine ainsi quelques histoires compliquées dont la nature est indéfinie.
Ni amitié ni amour ni sexe.
Je peux même être jalouse de leur vie sans moi.
Mais sans vouloir qu’ils partagent mon quotidien pour autant.
Je sais, c’est psychiatrique.
Mais je les aime profondément.
Je n’ai pas de bouton on/off : aimer – ne plus aimer.

Un jour un homme de passage m’a vaguement interrogée sur mon passé amoureux. Ayant réalisé que ce n’était pas du passé mais toujours du présent (je suis en contact avec presque tous) il a pris ses jambes à son cou à toute allure.

Bon, il ne faut rien exagérer ils ne sont pas nombreux ceux que j’ai aimés – j’aime. Une poignée.
Mais plutôt présents dans mon esprit et dans mon cœur et parfois même dans mes appartements.
Je suis heureuse de les voir vivre, de les voir être, de partager un peu avec eux, de compter un peu.
Ils aiment -a priori – que je sois toujours dans leur vie.

Seulement voilà, selon le grand principe des chaises vides ou pleines, je me suis fait la réflexion que de donner trop d’importance aux amours défuntes je ne laissais aucune place à un nouvel amour.

J’ai donc décidé d’écarter de moi tendrement mais fermement mes hommes du passé.
C’est très dur.
Pourtant ce n’est pas une vraie rupture.

Je me sens seule et démunie.

Il paraît que la nature a horreur du vide.

Publicités

À propos de angelenemus

Artisan du MERVEILLEUR (à la recherche du MERVEILLEUX, en qualité de VEILLEUR, pour vivre le MEILLEUR)

Publié le 3 avril 2014, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. 8 Commentaires.

  1. Cevide, il me fait peur… Je refuse qu’il m’absorbe…

  2. Trouver la juste distance avec eux. Moi non plus je ne sais pas finir.

  3. Je suis toute triste, je viens d’apprendre le décès de Régine Deforges. Tu devais l’avoir lue ?
    Je venais juste de lire ses mémoires : « L’enfant du 15 août ».
    Zut….
    Pourquoi je te dis ça ici ?
    Sans doute parce qu’elle osait parler des hommes sans faux-semblants elle aussi. Pas de hasard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :