Archives Mensuelles: août 2013

Histoire de travail et de harcelement


Un jour, en allant travailler, tu réalises que tu ne peux pas y aller.
Tu as envie qu’il t’arrive un truc indépendant de ta volonté, être kidnappée par les extra-terrestres ou être renversée par un bus, pour ne pas y aller.
C’est à dire que tu préfères mourir que de bosser là.

Et ça c’est quand même excessif.
Le harcelement moral au travail c’est insidieux. Ça vient petit à petit. Tu élèves ton seuil de tolérance un peu plus chaque jour. Sans t’en rendre compte.
Le harceleur n’est pas forcément une mauvaise personne. Le harcelé n’est pas forcément faible.
Il y a ce rapport de subordination, cette dépendance économique …
Le chômage qui augmente, ceux qui te disent que tu as de la chance d’avoir un travail, les crédits sur la maison, sur la voiture, les factures à payer, la peur du vide, de l’inconnu.

Et tu perds toute dignité.
Tu acceptes de plus en plus l’humiliation, les restrictions de liberté.
Les heures sup gratuites, les congés refusés, les réflexions, les convocations à tour de bras, les rendez-vous le samedi, le dimanche, la charge de travail qui augmente, tu suspectes la présence de micros dans la pièce, tu te sens surveillée tout le temps, tu ne sors plus pour déjeuner, tu sautes le repas de midi, tu te planques pour aller faire pipi, tu te passes de café, tu ne parles plus aux collègues, …

Voilà.
J’ai atteint mon point de rupture.
Donc avant de tomber malade pour de vrai j’ai décidé de changer de vie.
premièrement : vendre la maison, rembourser le banquier
deuxièmement : prendre une location pas cher près du collège, du boulot, pour ne plus avoir à utiliser la voiture
troisièmement : résilier le contrat de leasing sur la voiture
quatrièmement : organiser ma vie pour avoir des besoins économiques décroissants
cinquièmement : quitter mon boulot.
Changer complètement d’orientation professionnelle. Faire quelque chose de différent, où je suis seule à prendre toutes les décisions, à prendre les risques, à encaisser éventuellement les bénéfices
Ne plus jamais laisser quelqu’un penser qu’il a droit de vie et de mort sur moi sous prétexte qu’il me verse un salaire.

Publicités

Temps qui passe


image

29 août


Ton échos subsiste encore pour me gâcher cette date.
Quatre ans.
Pourtant j’ai eu des chants, des bougies, des paquets cadeaux, des colis dans la boite aux lettres, de l’amour.
Et je vais en avoir encore demain. Bien sur.
Mais pourquoi m’as-tu fait ça ?
On ne tue pas quelqu’un le jour de son anniversaire. Le jour de ses 40ans.
Mes anniversaires ne seront plus jamais pareils.
Merde.

Je suis forte


J’ai traversé des océans,
J’ai dû lutter contre le vent,
Rien n’a jamais été facile,
Sans doute des bases un peu fragiles.
Mais sans faiblir je me suis construite,
Et peu de fois j’ai pris la fuite,
Fébrile sans doute à mes débuts,
Mais maintenant je ne plie plus.
Je suis debout et fière de l’être,
Doucement la vie est venue renaître,
J’ai mis en moi tout mon courage,
Et je n’ai plus peur de ces orages.
Il n’y a rien de plus efficace
Que de pouvoir se voir en face,
Quand dans les yeux la confiance règne,
Et qu’on assume d’être soi-même.
Je ne laisserai rien me faire tomber,
Car j’ai la vie à savourer,
Aux vieilles douleurs je claque la porte,
Enfin je suis devenue forte.

(Alexandra Julien)

grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr


Au boulot je suis très proche d’une collègue
Je la soutiens, je lui ai prêté des sous, je l’écoute chaque jour, je l’aime
Et là j’ai beau l’aimer, je suis furieuse contre elle
Elle est cousine germaine avec une BIG STAR de la chanson française que j’adore (j’adore, j’adore, j’adore, j’adore, j’adore, j’adore)
que j’adore
que j’adore
que tout le monde adore
et merde de merde
ce week-end il vient chez elle et elle ne veut pas entendre parler de m’inviter et de me le faire rencontrer parce qu’il est là incognito, en civil, en normal, en famille
oui mais c’est l’homme de ma vie
ou plutôt je suis la femme de sa vie !!!!!!!!!!!!!
J’ai les nerfs
j’ai juré sur ma tête de ne pas me pointer à l’improviste

Photo non contractuelle


image

Histoire de déménagement


Je hais les déménagements.
C’est le truc le plus stressant qui soit sur mon échelle de stress.
Je m’attaque à la mise en carton dès samedi.
Je dors mal, je doute, je me fais du souci.
Je suis fatiguée à l’avance.
Je prends des photos de ce que je vais donner, pour savoir qui est intéressé, je jette, je recycle.
Au fait, je n’ai toujours pas trouvé où je vais aller …
Donc, me voici au milieu du big bordel sans point de chute.
Gros stress quoi.

On y croit, on y croit !!


image

(pas de bébé par contre …)
(et pour les troubles ça suffit comme ça)
(et l’amour, qu’il rentre au lieu de rester sur le seuil)
(tous les voeux sont réalisés ? J’ai fait le voeux de gagner la grosse cagnotte du loto … Bon ok si je jouais j’augmenterais les proba)
(c’est qui les grands qui veillent sur moi ? Non parce que des fois ils roupillent vu comme je charge)

Sommeil


image

Laissez moi dormir !!
Mes vacances sont bientôt finies.

Je chante pour toi liberté