Histoire de la ronde triomphante

Il m’a regardée avec l’air de vouloir me dévorer.
Puis il a dit :
«Mais que tu es belle !! J’adore tes formes, toute cette rondeur triomphante.»

Évidemment que c’est un compliment, venant de sa part.
Mais ce qu’il ne sait pas c’est que je ne me sens pas triomphante dans mon 42.
Je me sens engoncée et je ne me reconnais pas dans le miroir.
Mon corps m’est souvent étranger.
Je le traîne comme un fantôme collant qui me précède et prend toute la place.
Nous sommes en décalage.
Encore récemment j’ai été «éconduite» pour cause de «trop grosse – pas assez belle».
Certes intéressante, douce, câline, sensuelle, supérieurement intelligente, courageuse, généreuse etc …
Mais trop grosse pour être envisagée comme une amoureuse présentable.

C’est devenu assez monstrueux si on y pense.
Cette idée que pour être aimé il faut être esthétique.
Comme si toutes les autres qualités ou valeurs humaines n’avaient aucune importance par rapport à celle là.

J’ai donc la rondeur triomphante dans cette société qui n’aime pas les rondes.
La belle affaire.

Publicités

À propos de angelenemus

Artisan du MERVEILLEUR (à la recherche du MERVEILLEUX, en qualité de VEILLEUR, pour vivre le MEILLEUR)

Publié le 17 juin 2013, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :