Histoire de câlin

Je ne peux pas vivre sans câlins.
Alors parfois, quand je suis avec quelqu’un que j’aime, je dis juste « CALIN ! ». Je réclame.
Parce que c’est un des contacts les plus réconfortants qui soit.
De se serrer fort, d’être dans des bras ou de prendre quelqu’un dans ses bras. De se tenir la main, de se coller, de poser sa tête sur une épaule, de se blottir, avec affection, avec douceur, tendresse, de caler un front contre un cou, un tout petit peu d’intimité émotionnelle, un partage tout simple, qui ne demande pas grand chose et qui apporte tellement.
Ca fait tellement de bien que je ne comprends pas pourquoi il y a tant de personnes qui font impasse par excès de pudeur ou par convention sociale.
Moi je fais des câlins.

Publicités

À propos de angelenemus

Artisan du MERVEILLEUR (à la recherche du MERVEILLEUX, en qualité de VEILLEUR, pour vivre le MEILLEUR)

Publié le 1 avril 2013, dans Love Love Love. Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Filament de Lune

    Calin !

  2. Calin !

    Hum, dans cette société de « fantômes », le « calin » est presque une « espèce » en voie de disparition…

    Ha les « conventions »…

    Il faut sauver le « calin » !

    😉

    Calin !

    Bisous,

    Miss G

  3. Chez nous, c’est : câlins à volonté, même nos animaux sont des « câlinoucheux », s’ils ne l’étaient pas au départ , ils le deviennent !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :