Archives Mensuelles: mars 2013

Le syndrôme « princesse au petit pois »


Bon ça n’existe pas, c’est moi qui invente.
J’aime bien inventer des syndrômes. Ca me distrait.
Je suis retombée sur l’histoire de ce Prince Charmant qui veut se marier, mais seulement avec une vraie Princesse.
Il soumet donc ses prétendantes au test du lit piégé : il les fait dormir sur un matelat énorme et confortable en dessous duquel il place un petit pois.
Bien entendu il reconnaît la Princesse : c’est la pétasse qui ne dort pas bien parce que le petit pois l’a dérangée …

Mais qui a envie de frayer avec une vraie princesse qui serait si délicate qu’elle ne pourrait dormir avec un petit pois sous son matelas.
Qui a envie de partager sa vie avec ce genre de chochotte emmerdeuse.
En même temps qui a envie d’être la princesse d’un prince qui a ce genre de niveau d’exigence.
N’importe quoi.

Evidemment c’est une parabole.
Mais en retranscription moderne, je suis tout de même trés étonnée des exigences de même-pas-princes qui n’acceptent dans leur vie que des princesses-petit-pois complètement ridicules choisies sur des critères futiles. Surtout que ça ne fonctionne pas et que ça génère rarement du bonheur.
Parfois on se plante complètement sur ce que l’on cherche en pensant que c’est ce qui est le mieux pour nous.

Je dirais juste : je ne suis pas une princesse, je suis carrément mieux qu’une princesse.
Ce serait bien un homme mieux qu’un prince …

love song


Ok. Ok. Ok.


image

Petit coup de blues


Tu te rends compte …
Si je meurs là maintenant, à mon enterrement y’aura la cousine Huguette qui est une grosse conne que j’ai pas vu depuis plus de dix ans.
Par contre, personne ne pensera à te prévenir TOI.
Et peut être que tu ne le sauras jamais que je suis morte.
Et tu comprendras pas pourquoi je n’écris plus, pourquoi je ne suis plus là.
Personne ne te dira que j’ai juste cessé d’exister.
Toi tu croieras que j’ai cessé de t’aimer.
Alors que non.

et vice versa …

Messagère


Je suis un peu sentimentale. Beaucoup.
J’essaie de faire ce qui me parait juste.
Pour l’avoir vécu personnellement, je sais qu’apprendre le décès d’un ami longtemps après l’évèvement est une horreur pour le mental …
Alors aujourd’hui, j’ai appelé quelqu’un, pour lui apprendre le décès de son ami, dont j’étais informée à titre professionnel et par hasard, parce que je savais que les enfants du défunt ne préviendraient personne.
Surtout pas les amis un peu bizarres.
Parce qu’ils n’étaient pas si proches que ça et s’en foutaient de qui leur père fréquentait.
De qui partageait sa vie en réalité.
De qui l’invitait à Noël, de qui l’avait amené au centre anti-cancer, de qui lui faisait ses courses quand il était trop fatigué.

Il a eu un choc terrible, il a sangloté au téléphone, et moi quand quelqu’un sanglote en ma présence je sanglote avec.
Il m’a remerciée.
J’ai réalisé que parfois les amis pleurent plus que les héritiers par le sang.
Comme une famille qu’on s’est choisie, celle qui importe vraiment. Ls gens qui sont là, pour les bons moments, les mauvais moments, les coups durs, les coups de mains, ceux à qui on parle, avec qui on partage.
Les VRAIS.
J’ai présenté mes condoléances.
Lui était vraiment en deuil.

GRIPPE


Hooo, mince,
La grippe s’est invitée à la maison.
Là c’est la petite.

Youpi j’expérimente !!!


Trés trés dur de faire une croix définitive sur quelque chose auquel on a cru et qui n’a pas fonctionné
Surtout quand on n’est pas du genre à baisser les bras.
Surtout quand on est une guerrière.
Surtout quand on est sure et certaine que c’était le bon choix.
Alors on fait de la méditation, du yoga pour lacher prise.
On s’astreint à la patience.
Patience.
Patience.
Ce qui doit arriver arrive.
Toute expérience est utile.

SAPIOSEXUELLE


since_evR

Inspiration


Il s’est passé une chose étrange, vraiment étrange, et vraiment géniale
L’inspiration est venue
re-venue
LOVE LOVE LOVE
au travail !!

PURIFICATION DE L’AIR


J’ai entendu un grand nombre d’horreurs depuis le début de l’année, j’ai été confrontée à des humains écoeurants, j’ai cotoyé un grand paquet d’indécis, de trouillards, de mous.
Tout celà m’a laissé des cicatrices et surtout m’a incitée à rentrer dans ma coquille, à me taire et à me cacher.
Ce n’est pas la bonne façon de faire.
LOVE IS OUR RESISTANCE
Je dois continuer à porter l’étendard
S’il n’en reste qu’une je serai celle-là.
Allez, on purifie l’air, on ouvre tout en grand, on respire à fond et on se relance dans le combat.