Archives Mensuelles: février 2013

Histoire de parrain et de marraine


J’ai pensé à mon parrain et à ma marraine ces derniers jours.
J’y ai pensé parce que ma fille a dorénavant deux parrains et pas de marraine.
(la marraine choisie ayant disparu de façon violente, j’ai pris un second parrain et d’ailleurs on va se faire une cérémonie païenne au printemps pour fêter ça). (Ma fille est moderne, elle a deux parrains).
Bref, j’ai repensé à mes parrain et marraine.
Je sais que le terme est lié au baptème religieux … n’étant pas religieuse mais vraiment pas, mais attachant une importance à ceux qui insufflent leur énergie sur ma fille et que j’ai choisi avec beaucoup de rigueur, je me suis demandée ce qu’avaient foutu mes parents.
Mes parrain et marraine sont deux fous furieux.
Et encore je suis gentille.
Lui : Bernard : cousin germain, aujourd’hui se trimbale dans la montagne cévennole avec du papier alu sur la tête pour que le programme « HAARP » ne puisse pas entrer dans son cerveau … sous curatelle renforcée, a « flingué » sa mère à force qui a préféré mourir que de continuer à le supporter, a écrit des messages codés en cailloux, sur un morceau de sa garrigue, pour les extra-terrestres qui sont ses frères et qu’il attend impatiemment. Sensé avoir un Q.I. de 160 ce qui est fort inquiétant. Dieu merci sait à peine que j’existe parce qu’il me fait bien flipper quand il m’interpelle en disant « ma filleule !!! ».
Elle : Mireille : a disparu de ma vie après mes huit ans, ouf. Ancienne meilleure amie de ma mère dans les années 65 à 77, après avoir ramené à la maison un paquet de mecs improbables, adhéré à une secte invoquant les aliens plantes, puis les mamarosa, puis les anges exterminateurs, est devenu prêtre orthodoxe, à moins que ce soit son dernier mec, et n’a plus donné signe de vie.
Bref ma fille a deux parrains :
mon frère : joyeux lutin qui sait faire la fête et réparer tout ce qui est en panne, qui est beau gosse et qui la chouchoute comme si elle était une déesse
le frère du papa : dieu des jeux informatiques, champion de baston (qui a prévu de l’entrainer à se défendre) qui achète des chamallows pour elle et des tee-shirts de métal en taille 12 ans.
Voilà.
non mais ! toute façon, y’a pas de pape pour dire que deux parrains c’est pas possible !!

Publicités

Luce


Ne pas laisser le côté obscur gagner.
Après tout rien n’est vraiment grave si on y pense.

C’est quoi la chanson du jour


Aujourd’hui c’était vraiment vraiment une journée de merde.
Ca a commencé vers quatre heures du mat avec un texto qui m’a carrément fracassée.
Me suis pas rendormie.
ça a été un embouteillage monstre à cause d’un accident
ça a été ma première cliente de la journée qui s’est effondrée dans mon bureau : elle a reçu devant moi un appel téléphonique lui annonçant le décès accidentel d’un proche
ça a été une violente algarade entre mon boss et une collègue et une ambiance atroce toute la journée
ça a été une convocation de 12h30 à 14h15 dans le bureau du directeur du collège pour un « CAA » (madame votre enfant est une délinquante elle a balancé des boulettes de papier sur sa prof)
à 14h15 ça a été un viron pour avoir 15mn de retard au boulot
ça a été 36 appels téléphoniques en moins de deux heures de gens qui gueulent parce que je ne m’occupe pas de leur dossier (normal je suis au téléphone)
ça a été une vilaine brulure par un café micro onde renversé
ça a été des bas bousillés par le chien Winny
et là, c’est une grosse fatigue physique et morale et émotionnelle

alors, il ne me reste plus que la musique ….

la chanson de Georges RIEN A JETER (parce que c’est ce qui est le plus dur aujourd’hui)
je suis grosse et je t’emmerde

Georges Brassens
RIEN À JETER

Sans ces cheveux qui volent
J’aurais, dorénavant,
Des difficultés folles
A voir d’où vient le vent.

Tout est bon chez elle, y a rien à jeter,
Sur l’île déserte il faut tout emporter.

Je me demande comme
Subsister sans ses joues
M’offrant deux belles pommes
Nouvelles chaque jour.

Tout est bon chez elle, y a rien à jeter,
Sur l’île déserte il faut tout emporter.

Sans sa gorge, ma tête,
Dépourvue de coussin,
Reposerait par terre
Et rien n’est plus malsain.

Tout est bon chez elle, y a rien à jeter,
Sur l’île déserte il faut tout emporter.

Sans ses hanches solides
Comment faire, demain,
Si je perds l’équilibre,
Pour accrocher mes mains?

Tout est bon chez elle, y a rien à jeter,
Sur l’île déserte il faut tout emporter.

Elle a mille autre choses
Précieuses encore
Mais, en spectacle, j’ose
Pas donner tout son corps.

Tout est bon chez elle, y a rien à jeter,
Sur l’île déserte il faut tout emporter.

Des charmes de ma mie
J’en passe et des meilleurs.
Vos cours d’anatomie
Allez les prendre ailleurs.

Tout est bon chez elle, y a rien à jeter,
Sur l’île déserte il faut tout emporter.

D’ailleurs, c’est sa faiblesse,
Elle tient à ses os
Et jamais ne se laisse-
rait couper en morceaux.

Tout est bon chez elle, y a rien à jeter,
Sur l’île déserte il faut tout emporter.

Elle est quelque peu fière
Et chatouilleuse assez,
Et l’on doit tout entière
La prendre ou la laisser.

Tout est bon chez elle, y a rien à jeter,
Sur l’île déserte il faut tout emporter.

Leçon numéro un


image

Bonne question


image

Fête de l’amour


Bonne fête à tous ceux qui aiment
Ceux qui ont le COURAGE d’aimer

Viens baby


Viens me lire baby,
Viens plonger dans le délicieux labyrinthe de mes pensées,
Viens froncer des sourcils, parfois elles sont lumineuses, parfois à peine claires, quelquefois trés sombres.
Viens te demander si c’est la réalité ou la fiction
Viens t’inquiéter de ce qui m’anime
Viens te subjuguer de mon intériorité révélée cruement
Viens te vautrer dans mes émotions brutes
Viens te nourrir des sentiments que tu m’inspires peut-être
Viens t’exciter des élans de ma libido
Viens baby
Viens me posséder, et viens que je te possède

Son boulot est rigolo


image

Au premier étage de l’immeuble où je bosse, y’a un psy. Me suis trompée de carrière …

Instant déterminant


On ne se rend pas compte que l’on vit un instant déterminant.
On a rârement le recul pour prendre conscience de ce qui est en train de se passer.
On réalise après coup.
Cet instant là prend une importance spéciale et fait tout basculer.
C’est l’instant qui fait cesser le doute.
C’est l’instant qui fait changer l’énergie des choses.
Pas forcément de la façon que l’on imaginait.

Pensée pour Luc


J’avais écrit une « CHRONIQUE DE L’ORDINAIRE » pour mon ami Luc.
Il s’est éteint.
Je suis triste ce soir.
Quelques pensées pour lui …