Histoire d’huîtres et autres fables amusantes, ou comment la sagesse vient aux femmes …

Je vous ai déjà dit que dans ma famille tout le monde était allergique aux huîtres.
C’est bien simple, à chaque fois qu’une de ces allergies s’est déclarée … ça a été dramatique, yeux révulsés, urgences, coma, réanimation …

Je mange toujours des huîtres.
Parce que j’adore littéralement ça.
J’en frétille de bonheur chaque fois qu’il y en a dans mon assiette.
Je n’en mange qu’en bon comité (savoir : personne apte à m’emmener à l’hôpital trés vite si ça dégénère et qui m’aimera toujours après que j’ai vomi sur ses sièges autos juste avant de tomber dans le coma).

Donc quand je mange des huîtres,  je me dis toujours que c’est la dernière fois … alors je profite, profite, jusqu’à l’indécence du plaisir culinaire.

Bref, je n’ai pas écrit cette fable pour parler d’huîtres (même si c’est une histoire vraie).
En réalité c’est pour parler de celui qui virevolte au dessus de mes pétales ces temps ci.
Il est mon plat d’huîtres : je le déguste avec gourmandise et chaque seconde en sa compagnie est un délice … par contre, je ne sais absolument pas si j’aurai le droit d’en reprendre une autre fois.

En d’autres temps ça m’aurait paru insurmontable.
J’ai appris à ne rien attendre. Alors tout est cadeau.

 

Publicités

À propos de angelenemus

Artisan du MERVEILLEUR (à la recherche du MERVEILLEUX, en qualité de VEILLEUR, pour vivre le MEILLEUR)

Publié le 10 décembre 2012, dans La vie passionnante d'Angel. Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. Et bien moi… je trouve ça formidable pour toi…. Et TOC !

  2. Chaque instant de bonheur est un cadeau !
    Le présent est le seul moment sûr …
    On va mettre sur ton bulletin :
    « Continue dans cette bonne voie « … 😉

  3. Derrière la coquille, la chair…
    😉

  4. C’est du tout qu’huîtres alors …

  5. Hum…

    Tout à l’heure, bien avant d’avoir lu ton billet, je me plaignais par téléphone à ma belle d’avoir aujourd’hui une libido d’huître, en précisant cuite, en conserve…

    J’avoue que toute métaphore amoureuse à base de mollusques me laisse quelque peu perplexe…

    Ne garde que la perle, car il est de cette catégorie, ton survoleur de pétales!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :