Archives Mensuelles: décembre 2012

Puisqu’il faut attendre


pénélope

ATTENDRE
ATTENDRE
ATTENDRE

Publicités

After


image

Canapé, perrier, cheminée, Magicien d’Oz Digestion, somnolence, béatitude.

N’importe quoi … Mais c’est bon


24 décembre.
Le réveil indique qu’il est 8h78.
Il me manque des cadeaux de noël et je dois aller dans les boutiques
J’ai envie de dormir mais je dois faire le ménage car mes parents viennent bivouaquer
J’ai bu un vin avec sulfites hier, et j’ai une violente migraine qui va m’amener directement à la pharmacie
Ma fille me manque
J’ai pris l’électricité ce matin en débranchant le chargeur de mon téléphone et j’ai un doigt brûlé

Je suis en vacances
Je vais être choyée
Mes papilles vont être réjouies
Je vais faire des câlins
J’ai un chapeau pointu rouge bordé de fausse fourrure blanche qui me va à ravir
Je peux faire la grasse matinée pendant dix jours
Je peux rester devant ma cheminée à rêvasser ou danser, ce que je veux
J’ai maigri
Il n’est pas loin
C’est noël !!

Yeeeesss


image

Ça le fait quand même d’être autant fleurie …

Rendez vous demain.


Allez, bonne apocalypse à tout le monde !!
Pour les survivants je propose un petit réveillon tranquille, champagne toasts …

Na’sdrowie


image

À l’amour, à la vie, à la mort.

Six centimètres


image

Après trois mois et demi de plâtre, strapping, béquilles, rééducation et autres boiteries …. Je tente pour la première fois un petit six centimètres. Je croise les doigts.

Mur très inspiré …


image

Should I stay or should I go ?


?

Histoire d’huîtres et autres fables amusantes, ou comment la sagesse vient aux femmes …


Je vous ai déjà dit que dans ma famille tout le monde était allergique aux huîtres.
C’est bien simple, à chaque fois qu’une de ces allergies s’est déclarée … ça a été dramatique, yeux révulsés, urgences, coma, réanimation …

Je mange toujours des huîtres.
Parce que j’adore littéralement ça.
J’en frétille de bonheur chaque fois qu’il y en a dans mon assiette.
Je n’en mange qu’en bon comité (savoir : personne apte à m’emmener à l’hôpital trés vite si ça dégénère et qui m’aimera toujours après que j’ai vomi sur ses sièges autos juste avant de tomber dans le coma).

Donc quand je mange des huîtres,  je me dis toujours que c’est la dernière fois … alors je profite, profite, jusqu’à l’indécence du plaisir culinaire.

Bref, je n’ai pas écrit cette fable pour parler d’huîtres (même si c’est une histoire vraie).
En réalité c’est pour parler de celui qui virevolte au dessus de mes pétales ces temps ci.
Il est mon plat d’huîtres : je le déguste avec gourmandise et chaque seconde en sa compagnie est un délice … par contre, je ne sais absolument pas si j’aurai le droit d’en reprendre une autre fois.

En d’autres temps ça m’aurait paru insurmontable.
J’ai appris à ne rien attendre. Alors tout est cadeau.