Archives Mensuelles: mars 2012

Le vrai courage


L’amour est le seul vrai risque que l’on prend dans la vie.
Le reste c’est de l’habillage.
Il faut du cran.
Vraiment.

Je suis une Femme


JE NE SUIS PAS UNE CREATURE DE SECOND RANG
Je suis une FEMME.
Je ne suis ni inférieure, ni supérieure
Je suis l’égale.
L’éternel féminin en moi me rend plus forte que la plupart des hommes.
Souvent IL ne comprend pas mon courage et le dévalorise
Aimer comme je t’aime est mon acte de courage le plus merveilleux
Parfois je suis infiniment fragile, terriblement impuissante
Parfois je coupe comme la lame du rasoir
Je mords
Sans doute pourrais-je soumettre les éléments
Mes émotions sont l’émulsion de tous les éléments
Ils me rendent hautement humaine et divine à la fois.
 
Je suis aimante, je suis attentive, je suis présente
Je suis exigente, je suis intuitive, je suis sensible
Je suis coquine, rêveuse, impliquée
JE VEUX ETRE CHOYEE
Tout ce que l’on me donne, je le rends au centuple
Je suis une déesse, je suis une succube,
Je ris à la vie.
Je pleure,
J’expérimente tout, le bon et le mauvais.
Je suis curieuse, je suis langoureuse, je suis courageuse.
Je suis chaude, je suis sensuelle, je suis douce, je suis jouisseuse
Je suis maitre de ton désir,
Je suis la source de ton plaisir et de tes émotions

Il faut m’aimer, me protéger, me dorloter, me sécuriser, me caresser, me regarder, me libérer
Il faut me donner l’oxygène
Soit un CHEVALIER, soit un HOMME, mon HOMME.

Car je suis la clé, l’unique clé.
Si je t’aime tu es immortel.

Je suis une FEMME

chut …


est ce que c’est en train d’arriver ?

Le printemps ?

La fin du monde ?

La paix universelle ?

Le retour des coquelicots ?

 

La musique et moi


Mon histoire d’amour avec la musique date de la seconde de ma naissance.
Je ne peux pas m’envisager sourde, la musique est une part importante de ma vie.
Mes goûts ont longtemps été guidés par mes parents d’abord (Brassens à fond, Ferrat, Piaf, Brel, Ferré, …) puis par mes mecs (Muse, Radiohead, Goldman, Zazie, Mademoiselle K. U2, Lenny Krawitz … et tant d’autres, musique rock, punk, pop, nouvelle scène française, classique, baroque, …).

Maintenant que ma vie a pris les couleurs de la liberté, je réalise que ma vie musicale est un énorme patchwork aux couleurs bariolées et fantastiques. Je fais des mélanges improbables, parfois fantastiques, parfois affligeants.

Mais c’est MOI !!!

Je suis aussi bien ça :

que ça :

LA MUSIQUE ME DONNE DES EMOTIONS MONUMENTALES
C’EST MA DROGUE LA PLUS PUISSANTE

Les jours de marque


Dans mon village paysan, on dit que les trois premiers jours de mars sont la marque de la météo des trois mois à venir :
– 1er mars pour le mois de mai
– 2 mars pour le mois d’avril
– et 3 mars pour le mois de mars.

Si j’en crois les vieux sages, le mois de mai sera somptueux, ensoleillé et chaud,
Là il fait gris et humide, avec même un petit crachin pénétrant. Bof bof avril …
On verra demain pour mars.
Papa veut qu’il pleuve «l’eau c’est la vie».

RANGEMENTS …


Dimanche dernier, je me suis réveillée trés tôt avec une énergie folle, il faisait doux et le soleil levant laissait présager une belle journée presque printanière.
J’ai tout ouvert en grand, laissant entrer le nouveau soleil.
Je me suis éparpillée dans la maison, commençant un truc ici, continuant un truc là … ça a rapidement été un chantier épouvantable. Rien de vraiment entamé, rien de vraiment fini. Du bazar déballé dans tous les coins.
J’ai dû me recentrer sérieusement, décidant de rester dans le garage-buanderie et de ne pas en sortir tant que tout n’était pas fini.
Cet endroit est pour partie un lieu de stockage. C’est ultra encombré, je ne sais même pas ce qu’il y a là. Beaucoup de choses de mon ex mari, qu’il a laissées là quand il est parti (il ne jetait rien, à mon grand désespoir et a tout laissé là). Bon … il est parti depuis deux ans, c’est le moment de tout déstocker !
Oui, car moi en ce moment je déstocke.
Suivant laborieusement la philosophie de Dominique LOREAU dans son bouquin « L’art de l’essentiel – Jeter l’inutile et le superflu pour faire de l’espace en soi ».
Il y avait un énorme carton, tout en bas d’une pile de cartons.
J’ai trié les petits cartons un par un. (jeter, donner, recycler). Ca m’a donné un plaisir presque indécent de balancer tout ça. J’ai eu l’impression que la pièce était plus grande. Je n’ai pas fini, il y a encore du travail … 18 ans de saletés emmagasinées.

Et je suis arrivée au grand carton du bas.
Dedans il y avait ma robe de mariée, les photos du mariage, les cartes de remerciement pour les cadeaux de mariage.
Les amoureux en porcelaine de la pièce montée, la jarretière, une boîte de dragées, le plan de table, des photos, ….
Toutes ces petites choses qui font un mariage.
Ca ne m’a pas choquée, ni émue, ni bouleversée.
J’ai regardé l’album, tranquillement, réalisé qu’à part ma famille proche, tous ces gens je ne les avais pas vus depuis des lustres.
Je ne me suis pas trouvée trés jolie en mariée. Mon mari avait l’air d’un gosse.
Pourtant c’était une belle journée et j’avais été extrêmement heureuse. Mais pas de nostalgie.
J’ai refermé le carton. Je ne le jeterai pas. Il est pour ma fille. Qu’elle sache qu’elle est une enfant de l’amour.

Je crois que je me remarierai sûrement.