REVEILLON

Je n’ai pas fait de réveillon cette année.
Première fois de ma vie que je suis seule pour cette date.
Je voulais que ça ne soit qu’une date comme une autre. 2011 a été une année de souffrance et hélas je n’ai pas beaucoup d’espoir pour que l’année à venir soit mieux.
Alors pourquoi fêter ce non sens.
J’ai refusé fermement d’aller chez mes parents, mes soeurs … ma fille était avec son père et toute la clique.
Je suis restée chez moi.
Ce n’est pas une date comme une autre.
C’était mon choix. Un choix que j’ai assumé.
Mais c’était l’expérience la plus glauque qui soit. Celle de l’intense solitude.
J’ai eu le sentiment profond d’être seule au monde, sans amour de quelque nature que ce soit. Comme si le temps s’était arrêté et que je vivais dans une autre dimension.
Je suis souvent seule maintenant, et je ne déteste pas la solitude.
Mais la nuit dernière n’était pas une nuit ordinaire.
Je ne  veux pas que l’on me plaigne ou que l’on ait pitié.
Il fallait que je vive cet instant là.

Dans la rue, loin, tout près, il y avait le bruit des autres qui font la fête, dans leur bulle. Je me suis demandé combien d’entre eux avaient vraiment envie d’être là. Combien ne se mentaient pas à eux mêmes et prenaient vraiment du plaisir à se mélanger aux autres.
Je me souviens de plusieurs réveillons où j’étais mal, parce que mal accompagnée, parce que pas avec la personne que j’aurais voulu, parce qu’au milieu d’inconnus alcoolisés, d’hommes trop avides, de joie de pacotille.
Dans le jardin d’enfant de l’autre coté de la route, il y avait un couple qui s’embrassait goulument.
Je me suis dit que ça faisait des années qu’on ne m’avait pas embrassée comme ça.
J’ai pensé à tous ceux qui ne choisissent pas d’être seuls, qui le sont parce qu’il n’y a pas d’autre option.
J’ai pensé aux personnes avec lesquelles j’aurais aimé être.
Je me suis demandé s’ils pensaient un peu à moi.

J’ai pensé intensément à la personne que je suis devenue.
Cette autre que je découvre chaque jour.
Sans complaisance mais sans haine non plus.

Donner sa chance à la nouvelle année, même si on n’ose plus y croire.
Etre seul maître des changements.
Décider de tourner la page.
Se donner la possibilité d’être heureuse encore, de recommencer, de reconstruire.
Rien n’est impossible.

SOURIS A 2012.

Publicités

À propos de angelenemus

Artisan du MERVEILLEUR (à la recherche du MERVEILLEUX, en qualité de VEILLEUR, pour vivre le MEILLEUR)

Publié le 1 janvier 2012, dans La vie passionnante d'Angel, Onzième degré. Bookmarquez ce permalien. 15 Commentaires.

  1. Je n’ai pas eu ton courage,une proposition de dernière minute,et j’ai succombé,sacrifié au rîte,de vrais amis,j’étais comme tout le monde.Rasé de près,parfumé,linge repassé et même chaussures cirées.C’était chaud,c’était bien.J’ai pensé à toi.Au matin,tout était,enfin,terminé.

  2. Souris Angel, des surprises t’attendent.

    Bisous

  3. Filament de Lune

    « Quand On veut une chOse, tOut l’Univers cOnspire à nOus permettre de réaliser nOtre rêve. » un certain PaulO cOelhO dans l’Alchimiste…
    Cette phrase c’est mOn credO, je me la suis gravée dans le cOeur il y a 3 ans et quelques.
    L’amOur pOur épée, l’humOur pOur bOuclier… t’es prête ?
    Oui tu es prête !
    Je ne prétends pas vivre les mêmes merdOuilles de la Vie que tOi, mais mOi aussi je piaffe, j’attends, je me dis « je suis prête pOurquOi ça n’arrive pas… »
    Au fOnd de mOi je sais qu’il y a encOre des épreuves par lesquelles je dOis passer.
    J’ai passé mOn réveillOn seule aussi, je devais faire quelque chOse car je ne vOulais pas être seule la nuit de ce changement d’année. Et puis les prOjets Ont changé, cela ne s’est pas passé cOmme prévu, mais j’ai bien pris le fait de le passer seule.
    Au final je me suis retrOuvée avec quelqu’un de très impOrtant et d’essentiel : mOi !
    J’ai fini l’année dOucement, aussi dOucement que j’ai cOmmencé la nOuvelle. Sans questiOns, sans amertume, j’ai juste vécu l’instant.
    Je sais aussi que tu sais tOut ça.
    Que cette année t’appOrte de la bienveillance et de la dOuceur, c’est le vOeu que je fais pOur tOi.

  4. Personnellement je ne vois pas la solitude comme quelque chose a combattre mais plutot une douce alliée et c’est quand j’ai compris cela … ca été plus facile de passer des moments important pour les autres toutes seules

  5. J’ai aussi passé ce passage sur l’année nouvelle seule , je l’ai fais plus d’une fois pour être en accord avec ce que je vis dans mes relations aux autres et dans tout ce que je ne veux plus dans les masques quotidiens que l’être choisit de mettre pour s’habiller au plus prés de la réalité de sa vie.

    J’aime suivre le cours de ma solitude itinérante quand elle m’amène et me ramène vers moi en observant les évènements,les choses au plus prés du monde et cependant si loin des vacarmes du monde. Cela permet de se recentrer sur sa vie sans rupture sous le vent qui gémit et qui rompt les silences des exils intérieurs .

    Il est bon parfois de faire des haltes dans ses escales du coeur, de laisser une porte ouverte au changement de vie, de saison intérieure et de vibration. Il faut être prêt à accepter de fermer une page définitive pour pouvoir commencer à écrire la 1ère ligne d’une autre, vivre cette ligne comme un souffle second que l’on se donne et dans lequel on laisse l’infinie des possibilités planté doucement le décor dans lequel tu peux aspirer sans lâcher ce que l’on nomme l’espérance et la façon dont tu peux de nouveau sentir cette façon d’être heureuse … le reste suit à son rythme, au rythme que tu décideras ou au détour d’un destin
    Tu es capitaine de ton vaisseau , ton coeur est ton guide…. tu restes Maître de ta vie même si tu ne maîtrises pas tout dans l’âme heureuse ou l’âme de fond selon l’intuition, la perception et le sentiment qui s’en découle .

    l’Amour est si dans les amours humaines, si dévastatrices soient les émotions parfois qui surgissent en chacun .

    Continuer à tenir le carnet de bord de ses sentiments éparpillés aux quatre vents. Il n’est pas d’impossible consenti à celui ou celle qui entend . Tu entends, tu vois et tu sens, tu vis la Vie comme la vie te respire …. va Angel ce n’est pas le fait de croire ou de ne pas y croire, la vie est expérience et elle t’invite chaque jour à la vivre comme telle …. l’amour ne s’endort jamais … il sommeille parfois simplement cela … et il faut du temps pour toute reconstruction, voir en soi la personne que l’on devient , l’apprivoiser et être ce que l’on est sans plus voir cet autre que l’on est plus pour arriver enfin à reconstruire un pan de sa vie autrement… construire autre chose de nouveau ou différent .

    Nuit douce à toi ….*

  6. Je n’ai pas eu d’autre option. C’était une fin d’année particulièrement difficile.
    Je te souhaite, je nous souhaite de trouver d’autres voies
    Bises Angel

  7. L’esprit de solitude

    A vivre seul, au moins quelques années, on apprend à passer du besoin qui ligote au désir et au rêve qui ouvrent grand l’espace en soi et autour de soi. A vivre seul, on apprend à choisir ses relations au lieu de les supporter, de s’en accommoder. Sauvage et sociable tout à la fois, l’individu solitaire ne se croit pas obligé d’aller à des repas de famille, de participer à des fêtes dont les convives l’ennuient. Et de cela il ne se sent nullement culpabilisé parce qu’il est en accord avec ce qu’il fait. Se tenir en solitude,c’est chérir une situation propice à inattendu, à l’incroyable dont les tableaux de Van Eyck et de Brueghel esquissent l’apparition. C’est se vouloir disponible, absolument; et non disponible pour quelque chose, en attente de quelqu’un. Se tenir dans la fraicheur du commencement. C’est donc un état émerveillé.

    Les épousailles avec soi, dans le secret d’une solitude fertile, permettent une alliance avec l’autre qui ne portera pas atteinte à l’intégrité de chacun. Mais tant que l’individu cherche à l’extérieur celui qui le complètera, qui répondra à ses manques, il ne pourra que nouer des relation intéressés ou précaires, il fera un mariage bancal. Lorsqu’il s’est mis au monde, lorsqu’il se sait entier, il envisage avec les autres des liens sous le signe de la liberté et de la gratuité. On ne veut posséder l’autre que si soi-même on se sent incomplet. D’une façon féroce, René Daumal a analysé la situation dans La Grande Beuverie, par l’intermédiaire de « la grande voix derrière les fagots ». Voici ce qu’elle dit, la voix: « Quand il est seul, le microbe (j’allais dire « l’homme ») réclame une âme sœur, comme il pleurniche, pour lui tenir compagnie. Si l’âme sœur arrive, ils ne peuvent plus supporter d’être deux, et chacun commence à se frénétiser pour devenir un avec l’objet de ses tiraillements intestins. N’a pas de bon sens: un, veut être deux; deux, veut être un. »

    Le geste naturel au sentiment amoureux est de toucher, de prendre, bientôt d’accaparer. Beaucoup s’imaginent que l’amour va mettre fin à leur solitude alors que c’est la solitude qui permet l’éclosion et la durée de l’amour.

    Les uns vivent en couple dés qu’ils quittent leurs parents, les autres se précipitent dans les aventures toujours décevantes, d’autres sortent sans arrêt pour rencontrer quelqu’un, en fait pour ne pas se retrouver seuls: tous, à leur manière, croient briser ou conjurer leurs solitudes, mais ce besoin des autres, ce besoin d’être à deux va aggraver plus encore leur sentiment d’isolement. Bien sur, tout l’environnement social, les joyeuses familles et les couples satisfaits sont là pour asséner à l’individu qu’être seul c’est vivre mal, c’est vivre à moitié. Peu rétorquent qu’à vivre toujours ensemble on devient l’ombre de soi-même et que d’un autre point de vue « deux est la moitié d’un ».

    La vie solitaire d’un penseur, d’un artiste, d’un ermite est un engagement, jamais une solution. L’expérience de solitude s’avère indispensable à tout être qui veut conquérir ou sauvegarder sa liberté; en ces heures privilégiées, l’individu n’est plus cet homme moyen, mécanique ou « neuronal », cible facile des sondages, de la mode et des médias; il s’éprouve être unique, oiseau rare. Il se distingue. De là on qualifiera de pensée aristocratique toute célébration de la solitude alors que celle-ci est bien moins dédaigneuse qu’exigeante, dénotant une vigilance rebelle. Résister à la facilité comme à la résignation, demeurer discret sinon secret, ce sont là de beaux titres de noblesse.

    Il faut un courage constant, une passion tenue, comme on dit d’une note ou d’un pari, pour oser être soi, pour ne pas renier ses valeurs ni ses rêves.

    Le besoin de reconnaissance apparait bien comme le talon d’Achille de tout individu. Il explique que, pour se sentir compris ou acceptés, la plupart des hommes préfèrent renoncer à leur liberté, à leur singularité.

    Le véritable solitaire ne cherche ni à plaire ni à être réconforté. Sa grande force vient de ce qu’il n’est point troublé par les agissements et les opinions du monde: quand on vit seul, on ne donne pas prise, on ne se situe plus par rapport au général mais par rapport à l’absolu.

    Texte extrait du livre de Jacqueline Kellen .

    Souris à 2012 …. Je te souhaite le Meilleur *

  8. Je sais que la vie coule au milieu d’un cahos quelque fois difficile à oublier, mais cette année, j’ai pu partager cette nuit du 31 dans une harmonie toute simple… J’avais juqu’à présent traversé les changements d’année dans une amertume et beaucoup de solitude… Ce que je peux certifier, c’est que la vie est chargée aussi de magie, et qu’elle se trouve parfois au milieu de méandres, et qu’elle peut nous toucher à des moments inattendus… Aucune raison pour que tu ne la croises pas cette magie là, je te souhaite cette rencontre qui redonne espoir. Sincèrement.

  9. vive l’énergie féminine …

  10.  » Je suis bien plus que celle que je semble être, toute la force du monde est en moi  » Anne Choquette conseille ce mantra qui fortifie l’âme …. Bizzz

  11. Filament de Lune

    lOve is Our Resistance

  12. Rectificatif ce n’est Anne mais » Sonia Choquette « , rendons à « Sonia »ce qui lui appartient ! 😉

  13. Pour le Nouvel An on était 3 (moi et mon épouse et ma belle-mère). C’était très reposant et sympa.
    Amitiés et bonne année.

  14. C’était parfait…..La j’ai adoré !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :