CHRONIQUES DE L’ORDINAIRE – Tonton J.

J’ai un collègue de travail, on dirait un personnage de Pagnol.

Ca fait huit ans qu’il bosse dans le bureau à côté du mien.

Tout le monde le déteste. Il fait carrément l’unanimité contre lui, un vrai poème. Son surnom « le gros con ».

Il est grossier ET vulgaire, il est arrogant, grande gueule, égocentrique à un niveau inimaginable. Il est borné comme un âne. Il est mysogine. Il parle pas, il gueule. Il n’écoute pas, il impose ses vues. Il a raison et les autres tort. Il dit de lui-même « je suis un taureau et j’ai des couilles de taureau, personne ne m’emmerde ». C’est un « money-maker » un virtuose du business, donc il est tolléré tel quel, mais dans la haine de sa personnalité.

Il appelle tous ses collègues de travail « machin » ou « truc » parce qu’il est incapable de se rappeler du prénom des gens qui ne l’intéressent pas.

Et bien moi, cet homme là, je l’adore. S’il n’existait pas il faudrait l’inventer. Il est adorable avec moi, un vrai bisounours. Il me parle avec douceur, il me ramène des croissants quand il voit que je vais pas bien, il ne laisse personne m’agresser, quand je stresse à cause d’un dossier ou d’un client il me fait rire en disant des conneries monumentales. Je suis la seule femme qu’il respecte au boulot, et dont il accepte que je lui dise quand il dépasse les bornes. Quand je me suis cassée plein d’os en janvier, il m’a accueillie chez lui, et sa femme et lui ont pris soin de moi comme de leur fille.

Il me ment jamais et il me respecte totalement.

C’est lui qui m’a poussée à accepter l’autre job. « Tu es bien trop bonne pour rester ici, c’est des perles à des cochons, jamais ils ne te considèreront comme une égale. Ils vont te presser comme un citron et quand tu seras naze ils te foutront à la poubelle. Va faire ton trou ailleurs ma belle. Je vais pas le dire deux fois alors ouvre les oreilles. Tu es tellement bonne que je me sens minable à côté de toi. Mais arrête de croire que ces gens là vont reconnaître ta valeur. Alors rentre leur dedans. Fais comme moi. J’emplâtre leur fric et je les emmerde comme un furoncle au cul. »

Je peux pas lui dire combien je l’aime, parce que c’est un grand timide hyper pudique au fond.

Alors je lui dis juste, « mais que tu es con ! et en plus fier de toi … »

Et il est content parce que je le dis à la Pagnol, avec plein de tendresse.

Publicités

À propos de angelenemus

Artisan du MERVEILLEUR (à la recherche du MERVEILLEUX, en qualité de VEILLEUR, pour vivre le MEILLEUR)

Publié le 8 juin 2011, dans CHRONIQUES DE L'ORDINAIRE. Bookmarquez ce permalien. 15 Commentaires.

  1. enfin quelqu’un de normal sur cette planète de singeries…
    je me sens moins seul

    dis lui salut de ma part svp

  2. Bel hommage!…Il va surement te manquer,dans ton nouveau boulot.Un gros bisou supplémentaire d’Aubagne,ville de Pagnol où je vis.

  3. Il veut pas ton poste quand même ???

  4. Comme quoi , il ne faut jamais s’arrêter à la première impression, souvent les croutes les plus dures cachent ce qu’il y a de plus tendre !!!!!!!! bizzzzz

  5. merde!!! moi c la croute…..

  6. ne pas perdre de vue que nous sommes tous le con de quelqu’un!
    thiladi bonne journée

  7. Je pense que Tonton J joue un personnage. Le monde extérieur lui déplaît; le manque de personnalité chez l’autre lui déplaît, alors il est infect. C’est sans doute quelqu’un d’intransigeant. C’est avec ce genre de personne que l’on s’améliore parce qu’ils n’acceptent pas la médiocrité. Lui-même a besoin de quelqu’un pour le booster, le pousser dans les cordes pour s’améliorer. J’en ai rencontré un ou deux ainsi. Ils ont fini par se suicider, non par lâcheté mais par dépit.

    • hé bien moi, je me retrouve un peu en lui, surtout dans l’intolérance mais je n’ai pas encore eu envie de me suicider… ca viendra peut-êttre 😉 belle journée Ashdee & Adi’Angel !

  8. Je te mets un clip en lien. Des différences avec le personnage de ton billet, mais il m’a rappelé celui, atypique, de cette chanson, d’un chanteur que j’aime beaucoup pour sa dérision, sa tendresse, son genre « a little beat dejanted ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :