Archives Mensuelles: novembre 2010

je laisse tomber


ras le bol d’internet

ça remplace pas

ciao la compagnie

be happy


Mon monde onirique


J’ai envie de rire pour rien aujourd’hui

Juste parce que je me sens bien et légère et pleine de gaieté et de vie

Parce que je ne suis presque plus malade

Il fait bon dans ma bulle, je rêvasse,

Mon monde onirique.

 

Première crève de la saison


je fais un voeux : que ce soit l’unique

houlala que je vais pas bien.

Pour aller dormir avec l’esprit en paix


CHRONIQUES DE L’ORDINAIRE – Edmée


Edmée je ne l’ai pas du tout connue, et je ne la connaîtrais jamais.

Voilà pourtant que je suis devenue, à mon corps défendant, sa protectrice post mortem. Je ne sais pas comment ça se fait que le destin lui ait accordé mon intervention.

Elle n’aimait personne et personne ne l’aimait. Si, elle aimait les chats.

Elle était paranoïaque au dernier degré, chez elle tout était fermé à double tour et elle conservait toutes les clefs accrochées avec une épingle à nourrice à son soutien gorge. Sa femme de ménage à son service depuis 17 ans n’avait accès qu’à 3 pièces de la maison et n’avait jamais mis les pieds dans les 8 pièces restantes.

Elle était richissime et ne jetait jamais rien. Sa maison est pleine de monstrueuses piles de cochonneries empilées, de vieilleries tassées, d’enveloppes vides annotées, de bouts de chiffons gardés au cas où, de bouts de bois, de ficelle, de carton, de vieilles croutes, de paquets de noël jamais ouverts et j’en passe  … une horreur pour moi qui aime le vide et la lumière. J’ai jamais vu un tel capharnaüm.

Cette femme a vécu en étant sous l’emprise des objets.

J’ai dû plonger dans son espace et y mettre de l’ordre.

Ca m’a rendue malade.

Pourtant j’ai trouvé tous ses trésors et je les ai protégés autant que possible, j’ai stoppé les railleries, les critiques, les rires gras et les plaisanteries douteuses.

Quand la mort viendra à moi j’espère que j’aurai réussi à me débarrasser de tout le matériel, avoir déjà tout donné, qu’il n’y ait rien à trier, à chercher, à nettoyer. Qu’aucunes mains étrangères n’aient besoin de fouiller mon intimité.

J’espère que je partirai légère, souriante et lumineuse.

Concentration


Je vais faire un truc perturbant au travail ce matin

Je me concentre donc pour rester pro et ne pas laisser mes émotions prendre le dessus.

Mon métier est parfois étrange.

Ma fille


quand elle revient après son week end chez son papa,

c’est des calins et des bisous à n’en plus finir

c’est des tonnes de choses à se raconter, des choses qu’on a pas vécu ensemble, confidences de filles, nez contre nez,

c’est l’impression qu’elle a changé, grandi, muri, que ses yeux n’ont pas la même expression

on vit dans le même mètre carré pendant quelques heures, on est collées, on évite de s’éloigner pour faire quoi que ce soit qui nous séparerait,

après le quotidien revient, chacune fait ce qu’elle a à faire, chamailleries sans importance, projets, devoirs, tâches ménagères, manger se laver dormir.

et puis elle retourne chez son papa

et je me régale de son retour …

papa maman et moi


Ho mon dieu, je me demande si je vais survivre à ce week end …
Mes parents ont décidé de « m’aider » sur le chantier de la maison. Là ils se sont incrustés pour trois jours. Ils ont un rythme de vie incompatible avec le mien, mais je m’adapte à eux. Ils ont des méthodes de travail qui me hérissent le poil. Mon père était électricien quand il était en activité : il se charge donc de refaire mon électricité … sauf qu’il a fait des trous partout et des saignées dans mes nouvelles cloisons ! Après avoir rebouché les trous il s’est rendu compte qu’il avait oublié de mettre un branchement, il a donc retroué …
Je peux rien lui dire.
Et maman qui fouille partout sous couvert de ranger !
Argh, au secours mes parents m’envahissent !!

Histoire de télépathie


Je souffle au vent une pensée légère, une pensée douce et mélancolique pour qu’elle vienne directement à toi