Archives Mensuelles: juin 2010

Le jardin taquin


Mon jardin est taquin
Il est trés joli mais ça se passe en dehors de mon intervention
Ce que je plante ne pousse pas
Par contre y’a un gigantesque grenadier tout fleuri qui n’y était pas et qui a poussé tout seul
La lavande est fabuleuse et embaume l’air
d’ailleurs elle a invité des papillons blancs et des abeilles, ça chante dans le parterre
Y’a même un bébé cerisier qui sort de la terre, des pensées dans la pelouse, et un yuka dont je me demande d’où il sort.
Mon jardin est taquin.
 
 
 
 
Publicités

Octavio Paz


tout se transfigure et devient sacré,
c’est le centre du monde en chaque chambre,
c’est la première nuit, le premier jour,
le monde naît quand deux s’embrassent,
goutte de lumière née des entrailles transparentes
la chambre comme un fruit s’entrouvre
ou explose comme un astre taciturne
et les lois rongées par les rats,
les grilles des banques et des prisons,
les grilles de papier, les fils de fer barbelés,
les timbres et les épines et les piquants,
le sermon monocorde des armes,
le scorpion mielleux avec un bonnet,
le tigre avec un haut de forme, président
du Club Végétarien et de la Croix Rouge,
l’âne pédagogue, le crocodile
devenu rédempteur, père des peuples,
le Chef, le requin, l’architecte
de l’avenir, le porc en uniforme,
le fils béni de l’Eglise
qui lave sa noire dentition
avec de l’eau bénite et prend des cours
d’anglais et de démocratie, les parois
invisibles, les masques pourris
qui divisent l’homme des hommes,
contre l’homme de lui-même,
                                          ils s’abattent
en un instant immense et nous entrapercevons
notre unité perdue, la détresse
d’être des humains, la gloire d’être des humains
et de partager le pain, le soleil, la mort,
l’oubli effrayant d’être des vivants;aimer c’est combattre, si deux s’embrassent
le monde change, ils incarnent les désirs,
la pensée incarnée, des ailes poussent
au dos de l’esclave, le monde
est réel et tangible, le vin est vin,
le pain retrouve le goût du pain, l’eau est eau,
aimer c’est combattre, c’est ouvrir des portes,
c’est en finir enfin d’être fantôme avec un matricule
à perpétuité condamné aux chaînes
par un maître sans visage;
                                      le monde change

allongées dans l’herbe, le regard perdu dans l’infini


nous avons passé la soirée allongées dans l’herbe,
conscientes d’être à bord d’un immense vaisseau spacial : la terre
regardant la nuit tomber,
regardant les étoiles s’éclairer
regardant les satellites passer
avec l’infini en face de nous.
nous avons parlé de la vie, de l’amour
du temps qui passe
des rêves perdus
de notre destin
de nos singularités
 
nous étions connectées à l’énergie du sol
et à celle des étoiles
 
nous avons senti dans nos êtres combien la vie est précieuse
combien notre terre est merveilleuse
à quel point nous en étions responsable et en faisions intimement partie
à quel point nous devions la protéger des convoitises
 
 
 
s’il n’en reste que deux, nous SERONS celles-la.
 
 

Colore le monde


On m’a demandé : « c’est quoi ta couleur préférée ? »
je n’ai pas de couleur préférée
j’aime toutes les couleurs
pourquoi se limiter
toutes les nuances ont leur support de prédilection
leur perfection visuelle
 
j’aime la nuance entre orange et rosée de l’abricot tout chaud
j’aime mon mascara noir et le regard qu’il me fait
j’aime le bronze doré des yeux de ma fille
j’aime le rubis des fleurs dans le vase là
j’aime le vert tendre de l’herbe de mon jardin
j’aime le turquoise du chapeau que j’ai choisi pour le mariage
j’aime le blanc lumineux des draps qui sèchent
j’aime le parme des assiettes sur la table
j’aime toutes les couleurs
 
 

Mise en harmonie


Etends ton bras loin devant toi,
tends la main
étire ton énergie dans chaque cellule de ton corps
projette-la
fais la jaillir joyeusement
démultiplie la
dis leur que tu vas bien maintenant
que tu es en harmonie
TON harmonie
 
 
 

Orage


il arrive
l’air est moite, chaud, électrique

Beau temps pour se jeter à l’eau


Il a fait terriblement chaud ici aujourd’hui
Premier bain de l’année
J’avais pas spécialement envie de rentrer dans la mer, en dessous de 25° j’estime que c’est trop froid pour moi
puis je me suis dit, « si tu meurs dans la nuit tu ne te seras pas baignée, dommage »
donc je me suis jetée à l’eau.
Ne jamais rester sur un regret,
plonger !!
 
 

Réveil !


Y’a des moments de vie endormie
Y’a des moments où on est entre parenthèses
Y’a des moments où on attend pour rien
Y’a des moments de repli
Y’a des moments où on se leurre
Y’a des moments où on se ment
 
et y’a un moment REVEIL
 
croque
déguste
ris
vis
sois
 

brassée d’amour pour dimanche matin


Phoenix


 
j’avais envie de me faire tatouer ça
pour ne pas oublier qu’on survit à tout