Archives Mensuelles: juillet 2009

prière


J’ouvre le cœur de mon être pour donner et recevoir l’Amour, librement sans raison ni espérance.

 

Méandres


toi la femme sauvage
attends l’heure
paisible
ça vient
 
 

Les cycles de la lune et les femmes


Extrait du Pilier d’Isis de V. O’Regan traduit par Paul Alexandre

(livre épuisé)

La lune est intimement associée à la forme féminine de l’espèce humaine, ce dont témoigne le fait que le cycle de 28 jours de la lune correspond en gros au cycle de 28 jours des menstrues. Les quatre phases de la lune sont symétriques à celle du cycle menstruel : la phase préovulatoire correspond à la lune croissante; l’ovulation à la pleine lune; la phase prémenstruelle à la lune décroissante et la menstruation à la nouvelle lune. Le mot luimême de « menstrue » dérive du latin mensis, mois (qui est l’étymologie du terme anglais moon, qui désigne la lune). La mesure du temps par les phases de la lune a été à l’origine du calendrier. Celui-ci a été modifié depuis lors en un calendrier solaire, mais les religions juive, chrétienne et islamique continuent à calculer les dates de leurs grandes fêtes d’après le calendrier lunaire.

Avant l’avènement de sociétés patriarcales, le début de la menstruation était célébré comme la marque de la féminité, la bénédiction de la Déesse. C’est avec l’adoption des valeurs patriarcales qu’on se mit à associer le sang menstruel à la contamination et au tabou. Dans certaines cultures, les femmes sont encore tenues à l’écart au moment de leur menstruation. Bien que cela ne soit plus pratiqué dans la société occidentale, l’ombre de ces tabous plane encore sur nous : il se manifeste dans l’embarras et la honte qu’ont les femmes de leurs règles et dans le préjugé social qui veut qu’elles ne soient pas fiables en raison de leur cycle menstruel.

Deux auteurs, Penelope Shuttle et Peter Redgrove, se sont livrés à une étude révélatrice de l’héritage historique et culturel de la menstruation. Ces auteurs considèrent la menstruation comme une authentique force évolutionniste. Selon eux, l’idée de la menstruation et de son « sang sage » sont précieux et puissants, et la phase menstruelle du cycle est la période durant laquelle les femmes sont capables d’entrer en relation profonde avec l’énergie imaginative et créatrice et d’agir comme initiatrices aux domaines cachés de l’être.

En 1983, Barbara Walker a publié une Encyclopédie des mythes et secrets de la femme qui contient un trésor d’informations et de légendes associées aux mystères de la menstruation. Certains mouvements féminins ont déployé une grande activité en vue de rendre aux femmes le sentiment du caractère sacré de leurs corps et de remettre en honneur la tradition selon laquelle le cycle menstruel était honoré. Depuis lors, les rites de passage marquant le début de la menstruation sont à nouveau répandus et pratiqués.

Comment entrer en contact avec la lune et la déesse de la Lune? La méthode la plus aisée et la plus efficace, pour les personnes des deux sexes, consiste à regarder le ciel et à noter les phases de la lune. On peut le faire en conjonction avec des méditations ou des rituels simples, pour se mettre en harmonie avec la lune, ses phases et les aspects de la déesse Lune.

Pour une femme, la meilleure manière de se sensibiliser au cycle lunaire est assurément de l’associer à son propre cycle menstruel. Celui-ci peut n’être pas exactement de 28 jours et il peut n’être pas parfaitement lié aux phases de la lune, l’ovulation ne se produisant pas forcément au moment de la pleine lune et l’écoulement de sang n’ayant pas obligatoirement lieu à la nouvelle lune; nous avons quelques indices qu’il en était ainsi autrefois, mais l’abondance de lumière artificielle autour de nous, combinée avec les conditionnements qui nous ont déconnectés de nos corps, a changé cela.

Une femme peut observer les répercussions de son cycle menstruel : non
seulement ses manifestations physiques mais aussi l’évolution de ses rêves, de son humeur, de son énergie et de sa créativité, ainsi que les événements quotidiens. Elle peut en faire un mandala menstruel. Le cercle commence le «jour n° 1 », date du début du saignement; il continue avec chacune des sous-sections, marquées par le jour du cycle, la date et toutes les observations importantes relatives aux sujets énumérés plus haut. Bien entendu, on peut noter les phases de la lune aux jours correspondants. Au bout de quelques mois, ce mandala permettra à la femme d’être plus consciente de sa relation à son corps et à l’énergie lunaire.

Mais qu’en est-il si une femme est en période de ménopause, si elle a dépassé ce stade ou si elle a subi une hystérectomie? Cela n’établit aucune barrière, car une fois libérée de son cycle biologique, elle peut se mettre en harmonie avec la lune et avec les vibrations des phases de la lune telles qu’elles ont lieu dans le ciel nocturne. La femme se meut alors librement au rythme des marées qui épousent les changements de la lune.

Murmures


 

j’ai tant de choses à te dire

murmure au creux de l’oreille

regarde mes yeux

tout y est

 

je porte l’univers

 

 

Transparence


 

 

laisse la lumière te traverser

ils ne te verront plus

pour l’instant …

après, la lumière fera vibrer chaque molécule de ton être

et tu apparaitras vraiment.

 

Combien d’espèces sur terre ?


Combien d’espèces sur terre ?

 

Il n’est pas possible de répondre à cette question puisque la majorité des espèces sont encore méconnues. Un certain nombre d’entre elles s’éteindront avant que l’on puisse les découvrir.

 

Actuellement, plus de 1 560 000 espèces sont connues sur terre. De nombreuses estimations ont été réalisées pour essayer de déterminer le nombre d’espèces sur terre, mais le nombre réel d’espèces est très difficile à estimer comme en témoigne les chiffres avancés : ils varient de 5 millions à plus de 110 millions d’espèces ! On parle la plupart du temps d’une fourchette entre 5,5 millions et 20 millions d’espèces.

 

Groupe Espèces connues Espèces estimées
Virus 5 000 500 000
Bactéries 4 000 400 000
Champignons 70 000 1 000 000
Protozoaires 40 000 200 000
Végétaux 250 000 300 000
Vertébrés 45 000 50 000
Nématodes 15 000 500 000
Mollusques 70 000 200 000
Crustacés 40 000 150 000
Arachnides 75 000 75 000
Insectes 950 000 8 000 000
 
Conservation-nature.fr

L’humanité mérite-t’elle de survivre ?


Les humains : voilà une espèce bien étrange
seule dotée de la consciente de sa vie et de sa mort.
 
Elle se plonge elle-même vers sa propre fin avec une furie incompréhensible.
C’est le pire parasite que la terre ait porté.
 
Devons nous les sauver ?
 


je ne sauverai pas le monde